Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

14 septembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

5 contre 5, la mairesse doit trancher pour la première fois

Une murale qui divise

Diane Dallaire mairesse Rouyn-Noranda

©Photo Le Citoyen-Archives/Thierry de Noncourt

La mairesse Diane Dallaire a tranché en faveur d’une murale sur l’édifice patrimonial du centre Dave-Keon.

Pour la première fois durant son mandat, la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, a été obligée de trancher à la suite d’un vote de 5 contre 5 à la réunion du conseil du 13 septembre. 

«Il fallait bien qu’avant la fin de mon mandat, je sois obligée de trancher.» -Diane Dallaire

Les conseillers étaient partagés à savoir s’il fallait ou non autoriser un projet de murale sur le Centre Dave-Keon par des étudiants du Cégep en collaboration avec l’artiste Ariane Ouellet.  

La conseillère de Noranda, Diane Lavallée s’y est opposée en raison du caractère patrimonial de l’édifice. «Ce n’est pas l’initiative de Mme Ouellet et de son groupe d’étudiants qui est en jeu, au contraire, c’est apprécié. C’est l’endroit qui a été choisi et retenu, c’est un bâtiment patrimonial, alors, il y a peut-être à penser à revoir l’emplacement», a-t-elle plaidé. Les édifices patrimoniaux bénéficient de protection pour éviter que des travaux ne viennent les dénaturer, de manière à en préserver l’héritage. 

La mairesse tranche 

Stéphane Girard, conseiller du district d’Aiguebelle s’est abstenu pour des raisons de conflit d’intérêt et le poste de Noranda-Nord-Lac-Dufault était vacant.   

Les conseillers pour étaient Cédric Laplante, André Philippon, Benjamin Tremblay, Samuelle-Ramsay-Houle et Luc Lacroix, ceux qui s’y opposaient étaient François Cotnoir, Sylvie Turgeon, Daniel Marcotte, Claudette Carignan et Denise Lavallée.  

La mairesse a argumenté que le conseil consultatif en urbanisme ainsi que le comité murale de la Ville avaient donné leur aval au projet. «Il fallait bien qu’avant la fin de mon mandat, je sois obligée de trancher. C’est sûr et certain que c’est un bâtiment patrimonial. Il faudrait peut-être revoir notre façon de faire cheminer ce genre de dossier. Par contre, étant donné le travail fait à ce jour, je serais en faveur d’autoriser le projet, surtout que c’est sur un mur en façade de côté. J’ai tranché», a-t-elle conclu. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média