Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 septembre 2021

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Regroupement municipal : davantage d’intérêt que d’inquiétude

Ils voulaient en savoir plus, ils sont repartis rassurés

Claude Gagnon

©Lucie Charest

De gauche à droite, le consultant Arnaud Warolin, les membres du comité présents : Martin Drolet, Réal Couture, Claude Gagnon.

La plupart des 50 citoyens qui ont assisté à la séance d’information donnée par le Comité pour le Regroupement Centre du Témiscamingue ont trouvé réponses à leurs principales questions. À savoir s’ils seront mis au courant des démarches, si une étude peut forcer le regroupement.

«Une mouvance de la population au centre du Témiscamingue a été notée au cours des années, a indiqué le consultant Arnaud Warolin. Comme Ville-Marie est une ville de services, la population a tendance à y être vieillissante, donc avec moins de revenus. Les familles et les personnes plus fortunées ont tendance à se déplacer en périphérie. Ce qui contribue à créer une iniquité fiscale, car les personnes plus âgées doivent payer des taxes qui maintiendront les services dont les municipalités avoisinantes et l’ensemble du Témiscamingue profiteront.»

C’est dans le contexte de cette problématique d’iniquité fiscale que le consultant Warolin avait d’abord été approché par Ville-Marie. Très rapidement, la perspective d’une fusion avec Duhamel-Ouest qui enclave le chef-lieu du Témiscamingue a refait surface. Interpellée par ce constat, la municipalité de Duhamel-Ouest s’est questionnée sur la pertinence d’un regroupement de toutes les municipalités du Centre. De fil en aiguille, un Comité de citoyens a été mis sur pied.

«Je n’ai aucun intérêt politique, je ne connais rien à la politique municipale, a fait observer Martin Drolet, un homme d’affaires de Ville-Marie, membre du Comité. Je suis un citoyen qui veut le bien du Témiscamingue. Si une étude dit que ce serait mieux pour notre Témiscamingue, on travaille ensemble et on regarde ce qu’on peut faire.»

«Ça n’a pas toujours été facile, mais il ne faut rien cacher, pas de secrets, tout mettre sur la table. Mais ce fut une très belle expérience de travail, avec des compromis, mais dans un but commun.» - Lyna Pine - Daniel Barrette

Lyna Pine - Daniel Barrette

©Lucie Charest

Lyna Pine et Daniel Barrette n’ont eu que de bons mots pour l’exercice précédant la fusion de leurs municipalités respectives.

Un exemple probant

Lyna Pine, ancienne mairesse d’Angliers et Daniel Barrette, ancien maire de Laverlochère avant que les deux municipalités ne fusionnent en 2018, n’avaient que de bons mots pour l’exercice qui a précédé le regroupement de la municipalité maintenant appelée Laverlochère-Angliers.

Il faut savoir que le processus de ce regroupement s’est échelonné sur huit ans. «C’est très important d’impliquer la population, de les informer, d’être transparent, a rappelé Mme Pine. «C’est important aussi d’impliquer les employés municipaux, les élus, d’écouter leurs craintes», a renchéri Daniel Barrette.

Tous deux s’entendent pour dire que l’étude menée par le ministère des Affaires municipales leur a permis de vraiment passer au travers de tout ce qui pouvait être lié à un regroupement sur le plan fiscal, le plan des services, du matériel municipal. Un comité provisoire a été créé avec les Affaires municipales, il était composé des deux maires, trois conseillers, les deux directrices générales. «Ça n’a pas toujours été facile, mais il ne faut rien cacher, pas de secrets, tout mettre sur la table, ont-ils prévenu. Mais ce fut une très belle expérience de travail, avec des compromis, mais dans un but commun.»

Des questions légitimes

Les questions de l’assistance ont principalement porté sur les obligations des municipalités les unes envers les autres. Un citoyen, résident de St-Bruno-de-Guigues, a paru plutôt inquiet. «Jusqu’où on va se rendre? On commence par le centre du Témiscamingue, ensuite, ça va être l’Est, le Nord. On va-tu se rendre jusqu’à fusionner avec Rouyn?»

Plusieurs citoyens ont formulé des questions très pointues sur le taux de taxation, les taxes d’accises, les programmes gouvernementaux. Un autre citoyen s’est inquiété de l’administration du Témiscamingue quand tous les secteurs se seront regroupés à leur tour. «Ça veut dire qu’il n’y aura que cinq élus à la Table des maires pour décider du sort du Témiscamingue», a anticipé Gilles Lepage.

D’autres citoyens encore ont félicité les membres du comité Regroupement pour le Centre du Témiscamingue pour leur initiative et leur implication, se proposant même à s’impliquer à leur tour pour faire avancer les choses.

Au terme de cette séance d’information, tenue au Centre Richelieu de Lorrainville, le 16 septembre, Réal Couture a indiqué que le Comité ne s’investirait pas dans la campagne électorale municipale.

«Soyez assurés que vous serez tous bienvenus si vous souhaitez vous impliquer», a conclu Réal Couture, membre du Comité.

Pas loin d'une cinquantaine de citoyens étaient présents. Ils provenaient majoritairement de Ville-Marie, 19, de Lorrainville, 12, de Duhamel-Ouest, 9. Quatre autres étaient des résidents de Guigues, et enfin, trois contribuables provenaient de Béarn.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page facebook.com/Regroupement-Centre-du-Temiscamingue-106154711676323

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média