Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Cyclisme

Retour

23 septembre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Karol-Ann Canuel : «Une belle façon de finir»

Karol-Ann Canuel 2020

©Photo: Archives/Gracieuseté - BDCT George Deswijzen

L’Abitibienne Karol-Ann Canuel va mettre un terme, samedi en Belgique, à une très belle carrière de plus d’une dizaine d’années sur le circuit international de cyclisme professionnel.

Karol-Ann Canuel se prépare à enfourcher son vélo pour la dernière fois sur le circuit international de cyclisme professionnel. L’athlète originaire d’Amos disputera en effet sa toute dernière épreuve en carrière lors de la course sur route des championnats du monde, samedi en Belgique.

Elle aurait difficilement pu espérer un meilleur endroit pour vivre pleinement cette dernière course avant de partir à la retraite, selon Sportcom. La multiple championne canadienne a d’ailleurs l’intention d’en profiter au maximum sur des routes qu’elle connaît très bien, dans ce berceau du cyclisme, souligne-t-on.

«Je pense que ça va être vraiment intense et le ‘’fun’’ de faire une course dans les Flandres. Ce sera une belle façon de finir», a exprimé Canuel, qui a obtenu une solide 13e place au contre-la-montre individuel de ces championnats mondiaux 2021, épreuve disputée lundi dernier entre les villes de Knokke-Heist et Bruges.

Roulant avec un vent de dos, la cycliste de 33 ans a complété le parcours de 30,3 km avec un chrono de 38 min 53 sec, pour une vitesse moyenne de 46,7 km/h, à 2 min 48 de la gagnante, la Néerlandaise Ellen Van Dijk, et à 2 min 24 du podium.

Au terme de sa course, Canuel a pu prendre place dans l’un des sièges du podium virtuel pendant quelques minutes, avant d’être délogée par l’éventuelle championne. «C’était le fun, ça n’arrive pas souvent!», s’est-elle exclamée.

Plus sérieusement, la Gatinoise d’adoption s’est dite plutôt satisfaite de cette performance. «J’étais un peu nerveuse et je voulais faire un bon chrono pour être fière de moi à la fin, a-t-elle signalé. Je pense que ç’a bien été en général et je suis quand même contente. J’y pensais un peu à la fin en me disant : ‘’allez, ce sont les derniers coups de pédale et tu peux le faire!’’ Ç’a quand même été dur, c’était un contre-la-montre exigeant», a raconté l’Abitibienne.

Trois titres mondiaux

Attendue comme le grand espoir canadien du cyclisme féminin après la sortie de Geneviève Jeanson pour dopage, c’est en 2010 que Karol-Ann Canuel fait son entrée au sein du peloton professionnel, avec l’équipe française Vienne-Futuroscope, avant de passer, en 2014-2015, à l’équipe Specialized-lululemon, qui deviendra Velocio-SRAM.

Excellente coéquipière, l’Amossoise aidera cette formation à remporter deux titres mondiaux au contre-la-montre par équipe pour ainsi attirer l’attention de la formation néerlandaise Boels-Dolman, qui l’embauche en 2016 et la gardera dans ses rangs jusqu’à cette année (sous son nouveau nom de SD Worx). Avec cette formation, Canuel savourera un troisième titre mondial d’affilée au contre-la-montre par équipe en 2016, avant de remporter la médaille d’argent à cette même épreuve en 2017 et 2018 (l’UCI a ensuite retiré cette épreuve des mondiaux).

En plus de ses deux présences aux Jeux olympiques avec l’équipe canadienne (à Rio en 2016 et à Tokyo cette année), Karol-Ann Canuel revendique notamment deux 6e positions individuelles aux championnats mondiaux, soit au contre-la-montre en 2014 et à la course sur route en 2018.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média