Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Cyclisme

Retour

28 septembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une fin en douceur pour Karol-Ann Canuel

Karol-Ann Canuel

©Twitter/Team SD Worx

L’Amossoise Karol-Ann Canuel a fait ses adieux à la scène internationale du cyclisme, samedi dernier en Belgique, lors des Championnats du monde.

CYCLISME - Sereine jusqu’à la fin de sa carrière, la cycliste Karol-Ann Canuel a officiellement tourné un énorme chapitre de sa vie. Disputant sa dernière course en carrière sur les routes belges, l’Amossoise devrait sentir les impacts de sa décision d’ici quelques semaines.

Plus de 10 ans après ses débuts sur le circuit professionnel international, elle a roulé ses derniers kilomètres en compétition, samedi dernier lors des Championnats du monde, en accompagnant ses deux coéquipières de l’équipe nationale du Canada, Leah Kirchmann et Alison Jackson.  

Une journée relativement réussie pour le trio, puisque Jackson a pris le sixième rang de l’épreuve, tout juste à court du podium. Quant à Canuel, elle a conclu les 157,7 kilomètres au 31e rang, à 50 secondes de la gagnante, l’Italienne Elisa Balsamo. 

«J’ai juste l’impression que les années ont passé rapidement, sûrement parce que j’avais du plaisir. Ça fait longtemps que je compétitionne à un haut niveau, avec deux Jeux olympiques et plusieurs Mondiaux. Ç’a vraiment été un honneur», a souligné l'Abitibienne. 

Encore en Europe pendant quelques semaines avant de revenir au Québec, l’athlète de 33 ans croit que les effets de la retraite commenceront à se faire sentir un peu plus tard en 2021. «C’est quand même dur à réaliser. Habituellement, après les Championnats du monde, je prends du temps pour me reposer. Donc, en ce moment, il n’y a rien de différent, à l’exception du fait que je ne vais jamais recommencer. En ce moment, je vis bien avec tout ça», a-t-elle révélé. 

Une place de choix 

Peu importe si Karol-Ann allait poursuivre sa carrière pour encore quelques années, elle a certainement cimenté sa place parmi les plus grandes sportives de l’histoire de l’Abitibi-Témiscamingue, toutes disciplines confondues. Sans trop partir en grand sur son héritage, celle qui enfourche son vélo depuis l’enfance veut montrer que les sacrifices valent la peine d’être faits. 

«J’espère vraiment influencer tous les athlètes. J’ai commencé le cyclisme à Amos lorsque j’avais 6 ans. De montrer qu’il est possible de se rendre jusqu’au plus haut niveau et d’y rester», souligne la double olympienne. 

Ayant fait des études en soins infirmiers à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), la nouvelle retraitée du sport ne sait pas encore précisément quels seront ses plans d’après retraite. Elle compte toutefois rester dans la région de Gatineau. 

«Ça fait plusieurs années que j’ai fini mes cours. Aujourd’hui, je ne pense pas que ce soit un domaine qui m’intéresserait à y retourner. Par contre, je n’ai jamais pratiqué, donc je ne sais pas ce que je pourrais manquer», avoue Canuel. 

Est-ce qu’une future carrière comme conférencière pourrait lui tenter, elle qui souhaite montrer le chemin à la prochaine génération de sportifs et sportives? «Non, a répondu la cycliste avec la bonne humeur qu’on lui connait. Je suis vraiment trop gênée devant un public! Ça m’étonnerait beaucoup.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média