Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

02 octobre 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Ariel Posen: impressionnant

L’artiste canadien était de passage au FGMAT

Ariel Posen

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Ariel Posen sera en spectacle ce soir dès 20h au Théâtre du Cuivre.

Le Festival des Guitares du Monde (FGMAT) a frappé un grand coup en réussissant à amener l’auteur-compositeur-interprète Ariel Posen à Rouyn-Noranda. L’artiste de Winnipeg a épaté le public avec une performance remplie d’authenticité.

Artiste de la guitare, Ariel Posen a invité le public rouynorandien dans les chaudes couleurs de sa musique. Authentique, il a offert une performance plus qu’impressionnante.

L’attrait de la musique

Ariel Posen a amorcé sa tournée au début du mois. Il a parcouru quelques villes des États-Unis et mettra les voiles pour l’Europe bientôt. Son retour sur scène lui a fait le plus grand bien. «À mon premier spectacle, je me suis rendu compte que je n’ai pas seulement besoin de faire performer, c’est plus que ça. Ça fait partie de mon ADN, c’est qui je suis. C’est pourquoi on fait ça. Interagir avec les gens.»

Il a saisi cette chance de venir au FGMAT. «Pour moi, ça semblait comme une belle opportunité. C’est un peu comme tous les festivals qui t’approchent. C’est toujours plaisant d’y participer», a-t-il soutenu.

Il était heureux, après un passage aux États-Unis, de débarquer dans une petite ville du Nord québécois. «Quand tu es un musicien en tournée, tu vas dans les grandes et les petites villes. C’est notre première tournée en 17 mois, on en profite!», a-t-il expliqué.

Arrivé hier, l’artiste en a profité pour découvrir un peu la ville. «On a marché de notre hôtel pour se rendre au centre d’achat avec cette superbe petite place à déjeuner, Allô! mon coco», a-t-il indiqué.

Une relation intime avec la guitare

Ariel Posen est notamment connu pour ses talents de guitariste. Il décrit sa relation avec l’instrument comme intime. «La guitare, pour moi, c’est là où tout a commencé et ce que je suis reconnu pour. Et comment j’ai connecté avec la musique. Ce n’est pas quelque chose que je fais, c’est qui je suis», a-t-il confié.

Le chant s’est ajouté plusieurs années plus tard, à la fin de l’adolescence. «La transition a été un peu gênante. J’ai aussi commencé sur le tard. J’ai toujours aimé chanter. Je chantais dans la voiture, mais, sur la scène, c’est autre chose. La première fois, sur scène, j’avais 17 ans. C’était la chose la plus terrifiante. Après l’avoir fait, j’ai réalisé que j’étais capable de le faire», a-t-il mentionné.

Pour progresser, l’artiste a utilisé le truc le plus vieux du monde, la pratique. «La seule façon de devenir meilleur à quelque chose et de devenir plus confortable, c’est de le faire sans arrêt. J’ai saisi chaque opportunité de chanter. J’essaie toujours de m’améliorer encore aujourd’hui», a-t-il fait savoir.

Écrire sa propre musique et ses paroles

Ariel Posen écrit la musique et les paroles de ses chansons. «Tout le monde a une façon différente d’écrire. Certains ont des calepins avec des paroles, d’autres entendent une mélodie. Pour moi, ça peut être différent, mais 9 fois sur 10, c’est la musique qui me vient d’abord. J’entends une progression d’accord, une mélodie ou je chante quelque chose dans ma tête. Quelquefois, je vais avoir des paroles, je ne sais pas ce que ça signifie, mais ça sonne naturel et je commence avec ça. Je remplis ensuite les blancs», a-t-il relaté.

Pour un néophyte, l’écriture de la musique peut sembler difficile. «Quand tu comprends la musique et l’harmonie, les notes et les accords deviennent des intervalles, des nombres. On ne fait que les répéter en utilisant différentes clés. Il s’agit surtout de poursuivre un thème, une couleur, un son. C’est de penser à la musique qu’on aime. Qu’est-ce que tu aimes de la musique que tu écoutes? Qu’est-ce qui t’émeut et te fait ressentir quelque chose?», a-t-il soutenu.

«C’est la même chose avec les paroles. C’est mieux si tu sais ce dont tu parles, qu’il y a une histoire. Mais ça n’a pas besoin d’être à propos de toi, d’être autobiographique, ça peut être créé. Tant que tu sais ce que tu veux dire, ça rend les choses plus faciles», a-t-il ajouté.

Il confie qu’il donne souvent le même conseil aux jeunes musiciens. «C’est mieux de finir une chanson. Peu importe la chanson que tu écris, essaie de la finir. Il faut créer l’habitude de commencer une chanson et de la terminer. Plutôt que d’avoir dix chansons qui ne sont pas complètes, il faut en avoir une chanson, peut-être pas la meilleure, mais finie», a-t-il exposé.

«Après, c’est que de la pratique. C’est comme aller au gym. Tu dois le faire souvent, sinon, tu vas te sentir pas en forme», a-t-il ajouté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média