Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

14 octobre 2021

Christine Morasse - cmorasse@lexismedia.ca

CISSSAT:Le plan de contingence s’appliquera tel quel

295 travailleurs de la santé ne sont pas adéquatement vaccinés

FIQ-SISSAT

©Archives

COVID-19:Vaccination obligatoire chez les travailleurs de la santé repoussée au 15 novembre

Le décret est repoussé au 15 novembre

Lors du point de presse tenue le 14 octobre, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue a dressé un bilan de la situation. 

1 mois de plus pour se faire vacciner 

En Abitibi-Témiscamingue, 295 travailleurs de la santé ne sont pas adéquatement vaccinés. De ce nombre, 90 sont en attente d’une 2e dose et 23 sont en télétravail. Il reste donc 182 travailleurs à convaincre d’ici l’entrée en vigueur du décret repoussé au 15 novembre par le ministre de la Santé monsieur Christian Dubé. Comme l’explique la présidente-directrice générale du CISSSAT madame Caroline Roy, «Ce mois-là va faire la différence. L’impact sur nos effectifs sera moindre le 15 novembre», mentionne-t-elle. 

Rappelons que dès l’entrée en vigueur du décret, le 15 novembre, tous les travailleurs de la santé devront avoir reçu leurs 2 doses de vaccin, sans quoi ils s’exposent à des suspensions sans solde. «Même si la date a été repoussée au 15 novembre, les travailleurs non vaccinés devront se conformer au test de dépistage 3 fois par semaine. Je rappelle aussi que dès demain (15 octobre), le passeport vaccinal sera exigé pour tous les visiteurs qui auront accès aux installations et aux différents services de santé» confirme madame Roy. 

Plan de contingence maintenu  

Malgré les nombreuses critiques et demandes adressées à l’endroit du CISSSAT concernant la fermeture partielle et temporaire du service d’urgence de Senneterre et celle concernant la fermeture partielle et temporaire de plusieurs services à l’hôpital de La Sarre, madame Roy a confirmé que le plan de contingence s’appliquera tel quel sur tout le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue. «C’est pas un choix! C’est un non-choix!», mentionne-t-elle. «Ce plan vise à définir ce qui a le moins d’impacts sur nos services. Nous avons évité des ruptures à bien des endroits. La trajectoire est différente mais les services sont toujours accessibles en région», ajoute madame Caroline Roy. «Je comprends les gens, j’entends. Ils expriment leurs préoccupations et c’est normal. Mais je dois aussi protéger le personnel soignant qui est à bout de souffle», explique-t-elle. Questionnée à savoir si elle avait reçu la lettre de solutions proposées par monsieur Jean-Maurice Matte, madame Roy a répondu oui. « J’ai bien reçu sa lettre et malheureusement nous ne pourrons appliquer ce plan puisque plusieurs propositions contreviennent aux droits des travailleurs entre autres ou provoqueraient du temps supplémentaire, ce que nous tentons d’éliminer.» Madame Roy confirme avoir répondu à monsieur Matte avec toutes les explications détaillées.  

Recrutement 

Concernant la campagne de recrutement, 697 contacts d’embauche ont été effectués sans toutefois donner de résultats concrets jusqu’à maintenant. 16 personnes sont intéressées mais rien n’est confirmé dans leurs cas. Une main-d’œuvre indépendante viendra joindre les rangs. D’autre part, au sujet du rehaussement, 20 personnes déjà dans le réseau ont accepté de passer de temps partiel à temps plein pour les 12 prochains mois. Et la bonne nouvelle, c’est qu’une infirmière à la retraite va effectuer un retour, ce qui permettra de retrouver le service de prélèvements sanguins dans les CLSC de Montbeillard, Beaudry, Cadillac et Destor dès le 25 octobre. Le CISSSAT pourra compter lors des prochains mois sur l’arrivée de 18 infirmières de France et 10 infirmières en formation. «Nous sommes prêts à faire des campagnes pour attirer la main-d’œuvre, mais y’a des leviers qui appartiennent à toute la communauté. Le manque de logements et le manque de places en garderie ça affecte aussi notre pouvoir d’attraction», mentionne madame Roy. 

2 cas de COVID-19 s’ajoutent 

En Abitibi-Témiscamingue, ce sont 2 cas de COVID-19 qui se sont ajoutés dans les 24 dernières heures portant le total de cas actifs à 23. La MRC Abitibi compte 13 cas, Rouyn-Noranda 8, Vallée-de-l’Or 1 et Témiscamingue 1. C’est le variant Delta qui a été détecté dans tous les cas. Près de 15% de la population demeure vulnérable puisque non-vaccinée. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média