Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 octobre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Une nouvelle offre alimentaire au centre-ville de Rouyn-Noranda

Mini épicerie Afro exotique

Boris Bilicky mini épicerie Afro exotique Rouyn-Noranda

©Photo Le Citoyen-Thierry de Noncourt

Boris Bilicky, propriétaire de la Mini épicerie Afro exotique du centre-ville de Rouyn-Noranda, travaille aussi en CHSLD et attend avec impatience l’arrivée de son épouse et de leurs enfants.

Boris Bilicky, originaire du Congo, est un travailleur acharné. La nuit, il prend soin des aînés en CHSLD et le jour, il est au comptoir de la nouvelle Mini épicerie Afro-Exotique du 111 avenue Principale, à Rouyn-Noranda. 

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les résidents du centre-ville qui ont perdu le IGA des Promenades du cuivre suivi du déménagement du Tigre géant, dans lequel il y avait aussi de l’épicerie. Le commerce spécialisé de M. Bilicky s’adresse d’abord aux personnes en provenance d’Afrique, d’Asie, du Moyen-Orient, des Caraïbes ou d’Amérique latine, mais l’entrepreneur promet d’élargir son offre à un plus grand public, de manière à répondre à la demande.  

Travailler jour et nuit 

Il faut souligner que l’homme de 39 ans, arrivé en 2018, à titre de demandeur d’asile, n’a pas attendu d’obtenir du financement pour démarrer son entreprise. Il se débrouille seul, pour le moment. Il prévoit même l’ouverture d’un petit restaurant en arrière-boutique éventuellement. M. Bilicky est confiant, la clientèle est au rendez-vous. «Je ne dors que 5 heures, la nuit, je suis à Pie XXII et le jour je suis ici. J’attends des gens de Ville-Marie, qui m’ont dit qu’ils allaient venir acheter chez-moi», a-t-il confié.  

Produits variés 

On retrouve toutes sortes de produits qui sont difficilement accessibles en dehors de la région métropolitaine, comme le populaire riz aux crevettes, du hareng séché, du poisson surgelé, des épices exotiques, des sauces, du manioc et tout ce qu’il faut pour une famille immigrée. «Quand on arrive, on s’intéresse surtout à la cuisine locale, mais ensuite, par nostalgie, on est heureux de retrouver les produits du pays», a-t-il expliqué. 

Si tout va bien, son épouse viendra le rejoindre en décembre avec leurs quatre enfants. Elle pourra alors prêter main-forte aux autres employés du système de santé en qualité d’infirmière auxiliaire. 

Boris Bilicky voulait s’établir en région dès son arrivée au pays, il ne voulait pas rester à Montréal. Il apprécie la chaleur humaine de sa communauté d’accueil et veut rendre la pareille aux nouveaux arrivants. «Il fait froid l’hiver ici, mais le regard des gens est chaud. Ici, on peut espérer se construire une belle vie de famille tranquille.»   

Commentaires

21 octobre 2021

Diane V. Garneau

Bravo, c'était un besoin ! Bon succès!

21 octobre 2021

Nicole Jalbert

Vraiment il y a de tout à Rouyn. C'est bien le fun

21 octobre 2021

Arlyne

Bravo pour ton dévouement envers nos ainés, et pour les nouveaux arriver sauront surement apprécier de retrouver des produits pour cuisiner leur coutume du pays, ainsi ils ne seront pas déraciner complètement, c'est vrai que ici en région est une bonne façon de faire votre intégration car les gens sont accueillants. bienvenu chez nous

22 octobre 2021

France

Bravo tu es un homme inspirant c’est certain que j’irai à ton epicerie et bravo encore pour ton implication auprès des personnes âgées et bienvenue à ton épouse et ta petite famille

23 octobre 2021

jean guy st pierre

bravo du non traditionnel il en manque ici et je trouve ton idée fantastique et espère que d'autres de ce genre vont suivre par exemple des épiceries de produits asiatique japonais chinois indien ect...... bravo encore belle initiative

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média