Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections municipales 2021

Retour

27 octobre 2021

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Quatre candidats de Winneway souhaitent siéger à Laforce

L’exercice serait planifié dans un contexte de réconciliation

Leonard Polson

©Lucie Charest

Leonard Polson avait été élu chef de la Long Point First Nation en 2010.

Une équipe anishinabeg de quatre membres d’une même famille briguent des sièges au conseil municipal de Laforce. Malgré qu’ils ne paient pas de taxes à Laforce ils ont toute la légitimité de voter et de se présenter aux élections municipales. Et la situation de Winneway-Laforce est loin d’être unique au Québec.

DOSSIER - Candidat à la mairie, Leonard Polson avait été élu chef de Long Point First Nation en 2010. Il a par la suite siégé au Conseil de bande de la communauté à titre de conseiller. Il se présente à Laforce accompagné de sa conjointe, Priscilla Pichette, sa nièce Cassandra Pichette, et Steve Leblanc, conjoint d’une autre nièce de M. Polson. «Rien dans la Loi sur les élections et référendums dans les municipalités n’interdit aux membres d’une même famille de se présenter dans une même municipalité», a précisé Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole principale à Élections Québec.

La motivation de Leonard Polson à devenir maire de Laforce s’appuie sur un désir de développer des partenariats entre les deux communautés et d’améliorer la situation des résidents de Laforce. «Mon but n’est pas d’augmenter leurs taxes, mais bien d’aider les citoyens à se développer, a-t-il indiqué. Si je suis élu, je me familiariserai d’abord avec le fonctionnement municipal et prendrai connaissance des dossiers prioritaires. Nos deux communautés ne peuvent que trouver des avantages à collaborer.»

Partenariats de développement

En ce sens, l’équipe anishinabeg souhaite favoriser l’autonomie alimentaire en investissant dans le développement de terres agricoles non exploitées à Laforce pour créer des jardins communautaires conjoints. Le développement culturel et touristique fait aussi partie de leurs projets. L’éventuelle réactivation et bonification de l’événement interculturel annuel «Le Tourbillon», illustre bien leur intention de collaboration.

«Nous désirons également travailler à la protection et à la gestion du territoire, en créant des alliances stratégiques qui permettront notamment d’assurer un plus grand rapport de force face aux entreprises minières et autres promoteurs», a poursuivi M. Polson.

«Certaines réserves sont incluses dans le territoire de municipalités et la loi prévoit donc que les électeurs domiciliés sur le territoire de ces réserves peuvent voter et se porter candidats au sein de la municipalité» - Julie St-Arnaud Drolet

Assentiment du chef Mathias

Le chef Steeve Mathias voit d’un très bon œil une arrivée de résidents de Winneway au conseil municipal de Laforce. Pour lui, les destins des deux communautés sont liés de longue date. «Nous ne sommes pas des communautés ennemies, nous avons même des liens familiaux, a-t-il mis en contexte. Moi-même, ma mère était une blanche de Laforce et mon père un membre de la Long Point First Nation. C’est la même chose pour Priscilla Pichette, qui se présente comme conseillère, ses deux parents provenaient des deux communautés.»

Selon M. Mathias, le contexte de réconciliation est propice au développement de partenariats et de partage. Lors d’échanges récents avec le ministre Marc Miller, promu le 26 octobre ministre des Relations Couronne-Autochtones, il avait appris que des enveloppes budgétaires seraient attribuées à des partenariats entre communautés allochtones at autochtones.

Questionné sur la nécessité que des membres de Long Point siègent au conseil municipal de Laforce pour créer des partenariats entre les deux communautés, sa réponse ne s’est pas fait attendre. «Leonard est la personne la plus compétente pour être maire et développer des partenariats, a-t-il tranché. C’est lui le meilleur pour aller chercher des programmes et faire des demandes de subventions.»

Cas pas unique

Il faut savoir qu’une bonne partie des résidences de Winneway de même que l’école sont situées dans les limites administratives de la municipalité de Laforce. Ces bâtiments ne sont pas inscrits au rôle foncier de Laforce mais abritent près des deux tiers des électeurs.

Laforce

©Page Facebook municipalité

Près des deux tiers des électeurs de Laforce résident à Winneway.

Selon la Loi sur les élections et référendums dans les municipalités il suffit de résider dans une municipalité pour y exercer son droit de vote ou se présenter aux élections. Il n’est pas nécessaire de contribuer à la richesse foncière de ladite municipalité pour décider de qui administrera l’argent perçu par les taxes ou même l’administrer.

«En vertu de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, nous devons fournir aux présidents d’élection municipaux la liste des électeurs domiciliés dans la municipalité, a fait savoir la porte-parole principale à Élections Québec. Certaines réserves sont incluses dans le territoire de municipalités et la loi prévoit donc que les électeurs domiciliés sur le territoire de ces réserves peuvent voter et se porter candidats au sein de la municipalité. C’est notamment le cas des membres de la communauté résidant à Winneway, qui peuvent voter et se présenter aux élections de Laforce.»

Des situations similaires ont été observées dans une vingtaine de municipalités à l’échelle du Québec. Pensons, plus près de nous à Notre-Dame-du-Nord, Amos, Kipawa. Mais aussi à Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup dans le Bas-St-Laurent, Maria en Gaspésie, Roberval au Lac-Saint-Jean ou encore à Natashquan sur la Côte-Nord où, Henri Wapistan, un membre de la communauté de Nutashkua, se présente lui aussi à la mairie en 2021.

À noter

Norm Young était grand Chef algonquin lorsqu’il a été élu maire de Kipawa en 2009 pour une première fois. Il entreprend cet automne son 4e mandat après avoir été élu par acclamation.

En revanche, si des membres des communautés autochtones peuvent investir des conseils municipaux l’inverse ne pourrait se produire. Pour siéger dans un conseil de bande, un individu doit être membre en règle de la communauté dirigée par ledit conseil. «Un membre d’une autre communauté ne pourrait même pas siéger sur le conseil d’une bande qui n’est pas la sienne, a précisé le chef Steeve Mathias. À moins de faire la demande pour changer de communauté et de suivre toutes les étapes du processus qui se terminent  par un vote dans la communauté qu’il veut intégrer.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média