Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

01 novembre 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Protecteur de l’élève: 7 plaintes traitées

Aucune plainte n’a été retenue

CSSRN centre administratif

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le Protecteur de l’élève a reçu 7 plaintes concernant le Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda. Aucune n’a été retenue.

Le Protecteur de l’élève, René Forgues, a traité 7 plaintes au cours de la dernière année concernant le Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda (CSSRN). 

Ce dernier a rappelé la procédure que doivent suivre les parents avant de le contacter. «D’abord, ils doivent s’adresser aux personnes concernées, puis à la direction de l’école et ensuite au secrétariat général du CSSRN. Par la suite, ils peuvent me contacter», a-t-il expliqué. 

«Chaque parent qui me contacte veut comprendre une situation et ce sont des gens qui ont à cœur le succès de leurs enfants», a-t-il ajouté.  

Dans son premier rapport annuel, M.Forgues a fait état de 7 plaintes reçues. Trois de celles-ci ont été considérées comme des demandes de consultation. «Elles concernaient la compréhension des politiques de dîneur, de celle du transport scolaire et un incident dans une activité de gymnase. Cette dernière a été renvoyée à la direction de l’école et le parent était satisfait de la réponse donnée», a-t-il exposé. 

Deux des plaintes n’étaient pas recevables parce que le parent n’avait pas suivi le protocole. «J’ai orienté les parents vers les responsables. Elle concernait une participation au cours de piscine et un cas de non-intervention face à un harcèlement. Dans ce dernier cas, j’ai creusé parce qu’il s’agissait de quelque chose de significatif. L’école avait dit qu’elle s’occupait du problème, mais qu’il n’y avait pas de résultats. Néanmoins, à la fin, des choses ont été mises en place par l’établissement et ce fut satisfaisant pour le parent», a rapporté René Forgues. 

Non fondées 

Deux plaintes se sont avérées non fondées. La première concernait, selon le Protecteur de l’élève, les règles du transport scolaire. «Avec la pandémie, des règles devaient être respectées. Les autobus étaient limités à 48 élèves. Le CSSRN ne pouvait pas aller contre la Santé publique et embarquer un élève de plus», a mentionné M.Forgues. 

La seconde plainte concernait le transfert d’un élève anglophone vers une école du CSSRN. «Le parent souhaitait que son enfant soit exempté du cours d’anglais, mais ce n’était pas possible parce que les écoles se doivent de respecter le régime pédagogique», a signalé le Protecteur de l’élève. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média