Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

03 novembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

«Un jeune ne devrait pas travailler plus de 10 à 15 heures par semaine»

Rappel aux entreprises qui emploient des jeunes

Main-d'oeuvre embauchons Rouyn-Noranda travail

©Photo Le Citoyen-Thierry de Noncourt

Le travail à temps-partiel des jeunes devrait se limiter entre 10 à 15 heures par semaine pour éviter la surcharge.

Les partenaires du comité local en persévérance scolaire et réussite éducative rappellent aux employeurs, aux parents et aux étudiants l’importance d’une saine conciliation études-travail pour éviter les impacts négatifs.

La crise de la main-d’œuvre pousse plusieurs employeurs à se tourner vers les jeunes pour répondre à la demande. Mais, comme le rappelle le directeur du Centre de service scolaire de Rouyn-Noranda, Yves-Bédard, il ne faut pas que le travail à temps partiel devienne un facteur d’échec scolaire.

«Un jeune ne devrait pas travailler plus 10 à 15 heures par semaine. En effet, sans compter le facteur stress qui entre en jeu, la concentration et la performance seront affectées et cela peut malheureusement conduire à un échec ou encore à un abandon scolaire », a indiqué M. Bédard, qui est aussi président de Ville et villages en santé. Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda, David Lecours abonde dans le même sens. «Pour nous, il est primordial que les jeunes n’abandonnent pas leurs études au profit d’un travail. La qualification est un aspect incontournable pour un marché du travail sain et durable», a-t-il souligné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média