Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 novembre 2021

Jessica Gélinas - jgelinas@lexismedia.ca

La 40e édition du FCIAT sous le signe de la réussite

Clap de fin pour cette édition haute en couleur

bILAN FCIAT 2021

©Photo gracieuseté du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

«La grande fête qu’on aurait rêvé de faire n’était pas possible à cause des restrictions actuelles, mais ce qu’on a fait, je pense qu’on l’a bien fait et que les gens ont apprécié», a fait valoir Guy Parent.

Pour son 40e anniversaire, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue a fait voyager les cinéphiles aux quatre coins du globe avec une programmation riche et variée. Ce voyage a marqué les esprits par le plaisir de se réunir à nouveau devant des œuvres du 7e art et de se laisser porter par la myriade d’émotions qu’elles suscitent. 

Ce plaisir était également partagé par les artisans du cinéma qui étaient plus qu’heureux de la présence des spectateurs qui leur avait tant manqué. 

Très satisfait de la programmation de cette nouvelle édition, le public a particulièrement été touché par la présentation du documentaire «La vie devant moi» des Productions Nova Média établie à Rouyn-Noranda. 

«On ne peut passer sous silence que le public état très touché de voir ces adolescents atteints de cancer qui se confiaient à André Robitaille. On était très heureux de les recevoir, ils étaient tissés serrés et  heureux d’être ici. On ne peut pas rester indifférent devant autant d’humanité», a raconté Guy Parent, l’un des fondateurs du Festival. 

De plus, cette année, le Festival a fait place aux films de genre avec «L’inhumain» de Jason Brennan et «Brain freeze» de Julien Knafo qui avait tous deux un lien avec la région.  

«Les films de genre ont été présentés, car c’est du cinéma québécois fait par des réalisateurs qui osent aller dans ce type de film. L’inhumain met en vedette Samian de Pikogan et Roy Dupuis qui joue dans Brain Freeze a grandi à Amos. Les gens se reconnaissent aussi dans ce type de cinéma, parce qu’il est fait par des artisans ou comédiens d’ici. On a fait un test et on est content du résultat», a fait valoir M. Parent. 

Outre la programmation, le succès de cette édition 2021 se traduit également par la multitude d’activités organisées autour du Festival qui ont contribué au rayonnement de la culture cinématographique. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média