Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

03 décembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

William Roy, 20 ans, passera les 22 prochains mois en prison

Coupable de cinq chefs d’accusation

balance justice avocat

©Photo: Depositphotos

William Roy restera en prison jusqu'en octobre 2023.

FAITS DIVERS - Le dossier de William Roy, accusé à la suite d'une altercation armée dans un logement de la 1re Avenue en octobre, a connu son dénouement, ce vendredi, au Palais de justice de Val-d’Or. Coupable de cinq chefs d’accusation, le jeune homme de 20 ans restera en prison jusqu’au début du mois d’octobre 2023.

Les avocats affectés au dossier, Me Jonathan Tondreau (Couronne) et Me Érika Marier (défense), de l’Aide juridique, se sont entendus sur une peine de deux ans moins un jour (pour lui permettre d’être détenu dans une prison provinciale), peine entérinée par la juge Denise Descôteaux. Si l'on prend en considération la détention préventive, l’accusé a déjà purgé l’équivalent de 57 jours de sa peine. Il lui reste donc 22 mois à écouler. 

Sans antécédents judiciaires par le passé, William Roy a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de voie de fait, de menace de mort, de menace de destruction de matériel et de possession d’une arme (couteau) dans le but de commettre une infraction. Il a également avoué sa culpabilité concernant des dommages matériels de moins de 5000 $, à savoir les pneus du véhicule de la victime. Dans la suggestion commune, l’accusé a été acquitté sur les chefs d’entrée par infraction et de tentative de meurtre. 

En plus de son séjour en prison, le jeune homme de 20 ans s’est vu interdit de communiquer avec la victime et les autres personnes présentes sur place lors des faits reprochés. De plus, il devra se soumettre à une probation surveillée de deux ans et ne devra pas être en possession d’une arme pendant 10 ans. 

Rappelons que le soir du 25 octobre 2021, William Roy s’est présenté dans un immeuble pour s’en prendre à un homme de 23 ans (au moment des faits). Blessée à la tête et au cou, la victime avait été transportée à l’hôpital pour y traiter des coupures sérieuses. 

Triangle amoureux  

Selon les faits rapportés au tribunal, la thèse du triangle amoureux pourrait expliquer le déroulement des événements ayant mené à l’altercation. Ayant rencontré récemment une fille avec qui il a eu une courte relation, Roy devait initialement venir chercher ses biens après leur rupture. Voyant l’ex-fréquentation de la demoiselle sur les lieux, le suspect est devenu colérique et a commencé à envoyer des menaces par téléphone.  

Quelques heures plus tard, il est revenu à l’appartement. Accueilli par un des locataires, William Roy s’est par la suite dirigé dans une chambre pour attaquer la victime avec un objet contondant. Cette dernière est ressortie de l’attaque avec trois cicatrices, dont une de huit centimètres, ayant nécessité plusieurs points de suture. 

Lors de la négociation de la peine, les avocats des deux parties ont pris en considération que le blessé a dû composer avec des dommages physiques et psychologiques qui lui ont fait perdre son travail. De plus, étant donné que son nom a été lié à l’affaire, il a essuyé des refus lors de sa recherche de logement. 

Du côté de la défense, on a mis l’accent sur le fait que l’accusé n’avait que 20 ans lors des événements, n’a jamais eu de démêlés avec la justice et qu’il a agi sur le coup de la colère, sans consommation d’alcool ni de drogue. Le jeune homme a reconnu les faits assez tôt dans le processus judiciaire et exprimait quelques remords après que Me Tondreau ait lu une lettre de la victime sur ces événements. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média