Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

08 décembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Une nouvelle zone prometteuse pour Wasamac

Nouveaux potentiels géologiques, la production aurifère pourrait être augmentée et prolongée

Yamana Gold projet Wasamac 3D

©Photo Yamana Gold

Le projet Wasamac de Yamana Gold pourrait être encore plus lucratif que prévu.

La campagne de forage en cours a révélé une nouvelle zone minéralisée très prometteuse au sud de la zone Wildcat du projet Wasamac, de Yamana Gold, dans le quartier Évain, à Rouyn-Noranda.

Selon Yohann Bouchard, vice-président senior et chef des opérations chez Yamana Gold, une nouvelle zone de cisaillement a été identifiée. Si le potentiel est confirmé, l’ajout de réserves à des teneurs plus élevées que celles déjà identifiées pourrait assurer la production annuelle de 200 000 onces au-delà de 4 années. De plus, cela pourrait augmenter la production moyenne sur les 10 premières années au-delà des 169 000 initialement anticipées. La durée de vie de la mine, estimée à 10 ans, pourrait aussi être prolongée à plus de 15 ans. «On a découvert une nouvelle zone qui offre un grand potentiel d’être transformé en ressources minières et par la suite en réserves. Ces réserves seraient sans doute à une teneur plus élevée que le gisement actuel de Wasamac, qui est actuellement à 2,56 g/t», s’est enthousiasmé M. Bouchard. Si tout se déroule comme prévu, Wasamac devrait entrer en production en 2026 et permettre la création de 300 emplois.  

Résultats de forage 

En effet, un trou d’une profondeur de 402,93 m, percé au sud de la zone Wildcat, a traversé deux zones minéralisées. La première a permis d’intercepter une teneur de 7,13 g/t sur une longueur de 3,37 m, la seconde a permis de mesurer des teneurs de 2,3 g/t sur 0,6 m, et de 1,3 g/t sur 0,3 m.  

Une demande sera déposée pour l’obtention d'un permis d'échantillonnage en vrac. «Ça nous donne la permission de faire une rampe pour aller chercher des échantillons et être capable de faire des tests métallurgiques, de comprendre la mécanique des roches et d’évaluer les paramètres importants afin de développer une mine sécuritaire», a expliqué M. Bouchard. Ces activités pourraient débuter dès 2023 après l’obtention du permis. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média