Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

15 décembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

L’or continue d’attirer les investisseurs

Bilan 2021 de l’industrie minière

Camion projet Dumont

©Archives

Le Québec dispose des atouts pour devenir un chef de file mondial de la transition énergétique.

Dans son bilan annuel, l’Association minière du Québec (AEQ) constate que le secteur minier a maintenu sa forte performance en dépit de la pandémie, notamment en raison des prix de l’or et du fer qui sont demeurés élevés.

L’AEQ constate le dynamisme des sociétés actives en Abitibi-Témiscamingue avec l’obtention du financement nécessaire à la mine Odyssey de Canadian Malartic, la poursuite du développement du projet Wasamac de Yamana Gold et de celui de Ressources Falco et son projet Horne 5. Le projet Windfall de Minière Osisko est aussi très prometteur. L’AEQ constate que l’or continue d’attirer la plupart des investissements du secteur. Sur les 534 M$ investis en exploration, 440 M$ (80%) visent l’or.  

La Côte-Nord tire son épingle du jeu grâce au fer. L’agrandissement de la mine du Lac Bloom est dans les cartons de Minerai de Fer Québec et AcelorMittal investira 205 M$ pour réduire ses émissions de GES à Port-Cartier. 

Minéraux stratégiques 

Les minéraux critiques et stratégiques (MCS) sont au cœur de l’actualité et du débat public. L’opposition aux projets de terres rares ou de lithium en région en sont des exemples. Pourtant, avec l’électrification des transports et la multiplication des appareils électroniques, la demande est grandissante. Les MCS sont des composantes essentielles aux puces électroniques et pour les batteries. En région, Sayona Québec a complété l’acquisition de la mine de La Corne, de North American lithium, en août dernier. Sayona poursuit aussi le développement des projets Authier à La Motte et Tansim au Témiscamingue.  

Les MCS font aussi bouger l’économie du Centre-du-Québec. Les projets de construction d’usine de purification du graphite et de matériel d’anode pour batterie lithium-ion à Bécancour (Nouveau Monde Graphite) en plus du projet d’usine de transformation du lithium (Nemaska Lithium) promettent des millions $ en retombées.  

« Plus que jamais, l’industrie minière québécoise fait partie de la solution afin d’assurer la transition énergétique et l’électrification des transports dans lesquelles tous les États modernes sont engagés. Il est essentiel de saisir les opportunités, sans toutefois mettre de côté les préoccupations des populations locales et les considérations environnementales. Les projets miniers québécois sont parmi les plus verts et les plus respectueux au monde», a déclaré Josée Méthot, présidente-directrice générale de l’AMQ 

 Perspectives d’avenir 

Selon l’Institut Fraser, le Québec se classe au 6e rang des meilleures juridictions mondiales pour investir, un gain de 12 positions par rapport à 2020. Pour 2022, les vents semblent encore favorables et les investissements devraient continuer de croitre. Le Québec dispose des atouts pour devenir un chef de file des MCS et le gouvernement leur accorde beaucoup d’importance dans ses plans de relance économique. L’AMQ souhaite, par contre, que les métaux traditionnels (fer, or, nickel, zinc, etc.) ne soient pas oubliés étant donné que sont ceux qui génèrent le plus de retombées économiques. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média