Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

27 décembre 2021

Christine Morasse - cmorasse@lexismedia.ca

Astrid Barrette Tessier fait sa marque dans le milieu de la télévision et du cinéma

Une Rouynorandienne qui carbure aux défis

Astrid Barrette-Tessier

©Photo Emmanuel Crombez

«C’est un métier qui nous permet de faire de belles rencontres, mais aussi, parfois c’est de chercher une aiguille dans une botte de foin», a fait valoir Astrid Barrette Tessier

Depuis quelques années, Astrid Barrette Tessier se fait connaitre dans le milieu du cinéma et de la télévision en tant que directrice de lieux de tournage. Portrait d’une Rouynorandienne qui a toujours su qu’elle voulait faire du cinéma.

En plus d’enseigner en cinéma au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Astrid Barrette Tessier s’est beaucoup impliquée dans le milieu culturel de la région, entre autres, en tant que bénévole au Festival du Cinéma en Abitibi-Témiscamingue. De fil en aiguille, sa réputation lui a permis de se faire connaitre.

«En 2012, Myriam Magassou voulait tourner son court-métrage en Abitibi, elle et son équipe cherchaient quelqu’un pour les aider. Il y a des gens qui m’ont référé aux productrices de Voyous films, qui est devenu Voyelles films. J’ai donc aidé, je me suis occupée des locations en ne sachant pas vraiment ce qu’était de la régie extérieure et ce que ça comportait. Je les ai aidés dans plein de départements», a confié Astrid Barrette Tessier.

Par la suite, la Rouynorandienne a pris en charge les lieux de tournage, à Val-d’Or, pour le film Guibord s'en va-t-en guerre du réalisateur Philippe Falardeau. Cette expérience a été le coup d’envoi de sa carrière dans le milieu du cinéma et de la télévision. En effet, la directrice de lieux de tournage, Patricia Durocher, lui avait proposé de devenir son assistante à Montréal, ce que Mme Barrette Tessier a accepté.

«Je travaillais bien avec elle, j’ai fait 4 ou 5 films avec Patricia et après ça, j’ai commencé à faire des projets par moi-même. Mon premier gros projet c’est avec Robin Aubert qui m’a offert les locations sur Les affamés», a fait valoir la directrice de lieux de tournage de Rouyn-Noranda.

À sa feuille de route s’ajoute notamment, les films ; Le guide de la famille parfaite de Ricardo Trogi, Le rire de Martin Laroche, L’amour de Marc Bisaillon ainsi que les séries ;Virage, les saisons 3 et 4 de Plan B et la deuxième saison de La Maison Bleue.

Le métier de directrice de lieux de tournage

Depuis plusieurs années, les productions cinématographiques et télévisuelles ne se tournent plus en studio, mais en location. Le département de lieux de tournage est essentiel afin de trouver des lieux qui correspondent aux personnages, à l’histoire et aux besoins techniques. Souvent les premières arrivées et les derniers à quitter les plateaux, le directeur ou la directrice de lieux de tournage s’assure également du bon déroulement tout au long des tournages, et que les lieux soient dans le même état que lorsque le propriétaire lui a remis les clés.

«Ce qui est vraiment le fun de ce métier c’est qu’on arrive très tôt dans le projet et on travaille en étroite collaboration avec le département de la réalisation, avec la direction photo et avec le département artistique. Je lis le scénario je vois les besoins de locations. Ensuite je pars sur la route, parfois je peux visiter 100 maisons pour trouver le lieu parfait», a expliqué Astrid Barrette Tessier.

Plus d’une corde à son arc

En plus d’exercer le métier de directrice de lieu de tournage, Mme Barrette Tessier a toujours eu un intérêt pour la production. Elle a fait ses premiers pas en tant que directrice de production pour la nouvelle série jeunesse, Le pacte, produite par KOTV et qui sera diffusée à Télé-Québec dès février 2022.

La Rouynorandienne signera la production du court-métrage Chat mort du duo Annie-Claude Caron et Danick Audet, deux cinéastes de la région à qui elle a enseigné au Cégep.

«Quand ils m’ont présenté leur film, j’ai trouvé que c’était vraiment un beau projet. Je suis allée voir Fanny [Fanny-Laure Malo, productrice et présidente de la boîte de production la Boîte à Fanny ] et je lui en ai parlé. Elle m’a dit qu’elle embarquerait dans n’importe quel projet avec moi que celui-là était vraiment trippant. Elle m’aide là-dedans, car c’est ma première production.

Le court-métrage se tournera en janvier 2022.

 

Astrid Barrette-Tessier

©Photo La Boîte à Fanny inc.

L’équipe du film Le rire réalisé par Martin Laroche.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média