Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sport étudiant

Retour

04 janvier 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

L’un des meilleurs volleyeurs collégiaux au Québec !

Guillaume Samson connaît une saison dominante avec les Cheminots de St-Jérôme

Guillaume Samson

©Photo: Gracieuseté

Le Valdorien Guillaume Samson (en rouge) fait partie des meilleurs joueurs offensifs du volleyball collégial québécois.

Il y a un peu moins de quatre ans, Guillaume Samson tentait sa chance pour la première fois dans une sélection élite régionale de volleyball. Aujourd’hui, le Valdorien est l’un des marqueurs les plus prolifiques du circuit collégial québécois avec les Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme.

À sa deuxième année au sein du programme des Cheminots, l’étudiant en sciences humaines constitue une grande menace offensive pour les équipes adverses, lui qui cumule 3,94 points par manche jouée cette saison. Un ratio qui lui permet d’occuper le second rang des marqueurs en première division collégiale, le plus haut niveau de volleyball collégial dans la province (qu’on appelait autrefois la Ligue collégiale AAA du Québec).

Ayant fait son parcours sportif avec les Intrépides de la polyvalente Le Carrefour, à Val-d’Or, l’athlète de 18 ans avait réussi à se tailler une place sur l’équipe régionale de volleyball lors des Jeux du Québec, à l’été 2018. Même s’il avait un peu moins d’expérience que ses coéquipiers à l’époque, ça ne l’a pas empêché de connaître une progression fulgurante par la suite.

«Même pendant la COVID-19, on se faisait pousser à voir beaucoup de volleyball. Ça nous a permis de gagner énormément d’expérience. À 14 ans, je ne jouais pas beaucoup de tournois avec les Intrépides, car nous étions dans une région éloignée. Quand je suis rentré au Cégep, j'ai monté à quatre pratiques par semaine et des matchs toutes les fins de semaine. Même si nous n’avions pas de parties l’an dernier, ça m’a permis de vraiment travailler ma technique», raconte Guillaume Samson.

Reconnu pour sa force de frappe, il a dû également travailler sur lui-même pour passer au niveau supérieur. «Je pense qu’assez jeune, qu’il n’était pas conscient de son plein potentiel, donc il pouvait manquer de confiance en lui. Maintenant, il est de plus en plus confiant et gère mieux ses erreurs. Avant, il accordait trop d’importance à ses erreurs et se fâchait plus. Il a pris beaucoup de maturité», souligne son entraîneur-chef chez les Cheminots de St-Jérôme, Jonathan Brunet.

Vers les universités

Avec les présentes mesures sanitaires, les Cheminots et l’ensemble du sport collégial ne peuvent pas disputer de matchs pour le moment. Même si le Cégep de Saint-Jérôme a connu un départ plus lent avec neuf défaites en 10 rencontres cette saison, l’optimisme est présent pour la session d’hiver. Au niveau personnel, Guillaume Samson souhaite finir son parcours collégial en trois ans, au lieu de deux, afin de vivre pleinement l’aventure sportive.

Intéressé par l’histoire, l’Abitibien vise un baccalauréat et une maîtrise dans ce domaine. Il veut également graduer de manière sportive et pratiquer sa discipline au niveau universitaire. Un objectif sa portée, selon Jonathan Brunet.

«Il lui reste beaucoup de travail à faire pour se démarquer des autres, mais je ne serais pas surpris de voir plusieurs universités avoir de l’intérêt pour lui, peut-être même lui offrir une bourse», avance Jonathan Brunet.

«Je ne sais pas encore quelle université je vais choisir, mais j’aimerais totalement poursuivre mon parcours dans le volleyball. J’adore vraiment ça et je veux jouer le plus longtemps que je pourrai», affirme le volleyeur.

Candidat pour les Jeux du Canada

En plus de ses performances en division 1 collégiale avec les Cheminots du Cégep de St-Jérôme, Guillaume Samson pourrait se faire valoir sur la scène nationale. Celui-ci a récemment pris part au camp de sélection de l’équipe du Québec en vue des Jeux du Canada, prévus du 6 au 21 août 2022, à Niagara Falls. Au moment d’écrire ces lignes, l’athlète de Val-d’Or ignorait encore s’il allait obtenir une place au sein de la formation provinciale.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média