Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

06 janvier 2022

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Une 5e vague intense pour les 4 prochaines semaines

Le CISSSAT fourbis ses armes en prévision d’une augmentation des hospitalisations

Hospitalisation COVID masque

©gracieuseté

La capacité hospitalière du CISSSAT est menacée par la 5e vague qui déferle sur la région.

Le CISSSAT se prépare en vue d’une augmentation fulgurante des contaminations à la COVID-19 au cours des 3 à 4 prochaines semaines.

«On avertit la population que les capacités hospitalières sont limitées!» -Dr Jean-Yves Boutet

Les responsables n’ont pas fixé de date de début de cette 5e vague, mais le 6 janvier en après-midi, il y avait 16 personnes hospitalisées et ce nombre risque fortement d’augmenter. «On s’attend à un tsunami de cas avec beaucoup plus d’hospitalisations. On est au début de la courbe, on s’attend à un pic d’hospitalisations vers le 17 janvier. On avertit la population que les capacités hospitalières sont limitées», a expliqué Dr Jean-Yves Boutet, chef du département de médecine générale.  

La population est donc invitée à éviter, autant que possible de consulter au cours des 3 à 4 prochaines semaines pour éviter les ruptures de couvertures. Le CISSSAT se prépare pour héberger une vingtaine de patients infectés quotidiennement. Plus il y aura de lits occupés par des patients atteints, plus le CISSSAT devra procéder à des mesures pour reporter d’autres soins à d’autres patients. «On va s’assurer d’avoir la capacité d’offrir les services urgents essentiels critiques à notre population. L’envers de la médaille c’est que l’on doit délester davantage de services pour être capable d’hospitaliser tous ces gens», a ajouté Caroline Roy, présidente directrice générale du CISSSAT. Actuellement, 20 % des lits de soins intensifs sont occupés par des personnes infectées.  

3e dose 

Pour les responsables de la Santé publique, la vaccination demeure la meilleure arme pour éviter les hospitalisations. Même s’ils représentent une faible minorité, les non-vaccinés représentent une forte proportion des hospitalisations. Rappelons que trois doses sont dorénavant requises pour un statut vaccinal complet, ou deux doses et avoir fait la maladie. Les personnes admissibles de 50 ans et plus peuvent prendre rendez-vous pour une troisième dose dès le 6 janvier, 45 ans le 7 janvier, 40 ans le 10 janvier, 35 ans le12 janvier, 25 ans le 14 janvier et 18 ans le 17 janvier.  

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média