Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

14 avril 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Un robot nommé EDI-5

Des élèves en robotique de l’école d’Iberville créent une machine efficace

EDI-5_robot

©Gracieuseté - École secondaire d'Iberville

Les élèves de l’équipe Cuivre et Or de l’école D’Iberville avec le robot EDI-5, au Festival de robotique de Montréal.

Les élèves de la concentration en robotique de l’école D’Iberville de Rouyn-Noranda ont participé au Festival de robotique de Montréal le 8 avril, où ils ont terminé en demi-finale grâce aux bonnes performances de leur robot, EDI-5.

«C’était stressant quand tu arrivais sur le terrain avec le robot pour la compétition, mais ce fut vraiment l’fun », explique Hubert Lemieux, l’un des étudiants qui a participé à la construction du robot. EDI-5 pèse 142 livres, est muni d’un lanceur de ballon ainsi que 4 bras mécaniques capables de soulever son poids et passer d’une barre de soulèvement à l’autre sans toucher le sol. « Il fallait que le robot puisse gravir des barres de soulèvement. Il y avait deux bras qui soutenaient et deux autres qui allaient accrocher la barre plus haute en étant opéré à distance par un pilote. Nous avons construit notre robot pour qu’il puisse faire ces deux actions, soit grimper et lancer un ballon. C’était les défis qui avaient été lancés aux équipes participantes », soutient Maxence Cossette, qui s’est occupé du volet programmation d’EDI-5.  

EDI-5_robot-2

©Le Citoyen - Ian-Thomas Bélanger

De gauche à droite, Hubert Lemieux (technicien), Maxence Cossette (programmeur) et Ana-Maria Rivas (capitaine), avec en avant-plan le robot EDI-5.

EDI-5, de la planche à dessin à l’actualisation 

Le robot a été construit avec des pièces déjà disponibles à l’atelier de l’école et comprenait des moteurs électriques, des élévateurs pneumatiques, ainsi qu’un important nombre de fils conducteurs afin de relier les différentes composantes. Les élèves devaient s’occuper de toutes les phases du projet, soit la conception, la programmation, la construction et la phase de testage. « Ce qui a été aussi très l’fun, c’est de voir comment les autres équipes avaient conçu leur robot. Nous avions tous la même tâche, alors c’était amusant de voir les différentes manières que les élèves des autres écoles ont prises pour faire fonctionner leur robot. On pouvait aussi prendre des photos pour nous donner des idées pour les années à venir», soutient Ana-Maria Rivas, la capitaine de l’équipe de techniciens Cuivre et Or d’Iberville. Les apprentis ingénieurs ont terminé la compétition en demi-finale, finissant 8e sur les 22 équipes inscrites. Les élèves étaient dirigés par la responsable de la concentration en robotique à l’école D’Iberville, Anick Audy. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média