Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

10 mai 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Grève des ingénieurs: des impacts en A-T

Des travaux jugés pressants laissés de côté

Ingénieurs_grève_A-T

©Gracieuseté - APIGQ

Les ingénieurs civils du gouvernement du Québec en A-T sont en grève depuis le 22 avril dernier.

La grève des ingénieurs du gouvernement du Québec risque d’affecter l’échéancier d’importants travaux de réfection, du ministère des Transports, dans la région pour les mois à venir. 

Selon un document du tribunal administratif du travail, le ministère des Transports du Québec a dévoilé 3 projets de réfection majeurs, dont 2 en Abitibi-Témiscamingue, travaux qui doivent absolument être terminés prochainement, au risque de mettre en danger la sécurité des usagers. Les projets identifiés sont 3 ponts et ponceaux, dont le pont de Rémigny, au Témiscamingue. Le MTQ réclame que les ingénieurs civils présentement en grève s’occupent des trois cas, en citant que les travaux doivent être considérés comme des services essentiels. « Nous avons conclu une entente hors cour avec le MTQ et nous reconnaissons qu’il faut faire des travaux sur un des ponceaux énumérés dans la liste de travaux essentiels, mais les autres travaux ne se feront pas avant la fin de la grève », confirme le président de l’Association Professionnelle des Ingénieurs du Gouvernement du Québec (APIGQ), Marc-André Martin. Selon les chiffres du MTQ, il y a 27 chantiers de prévus pour les mois à venir en Abitibi-Témiscamingue.   

Pas d’autres travaux avant la fin de la grève. 

Toujours selon Marc-André Martin, l’APIGQ milite pour de meilleures conditions de travail et l’amélioration de salaires au sein des ingénieurs civils. « Les ingénieurs civils qui travaillent pour le gouvernement du Québec sont les moins bien payés dans la province. Nous voulons que ça change et la grève va se poursuivre tant et aussi longtemps que ces doléances ne seront pas adressées », conclut le président. 

Commentaires

18 mai 2022

Sylvie Laflamme

Le gouvernement se traine les pieds depuis 2ans pour négocier une convention collective et là il met le blâme sur les ingénieurs en disant qu’ils prennent la population en otage et les mettent en danger. Eh! C’est à qui la faute? La ministre LeBel joue bien avec les mots et met tous en sa faveur, comme une avocate! C’est de la vraie propagande., seulement 16% des ingénieurs qui auront une vraie augmentation , les autres doivent travailler plus. C’est comme ça que notre bon gouvernement traite ses employées, pas étonnant qu’ils n’attirent pas de nouveaux employées! Ils ont été au poste pendant la pendémie, tenu le fort!, mais là c’est assez , la population doit aussi se rendre compte que la fonction publique c’est pas bien payé et que s’ils veulent des services, ils faut payer.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média