Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

12 mai 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Foreurs : une saison 2021-2022 remplie de «si seulement…»

Les blessures au coeur du bilan de la formation valdorienne

Pascal Daoust - Foreurs Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Pascal Daoust est convaincu que la 15e place ne reflétait pas la force des Foreurs de Val-d’Or.

HOCKEY JUNIOR - L’heure était au compte rendu pour les Foreurs de Val-d’Or. Éliminés au premier tour par les Olympiques de Gatineau, ces derniers sont encore sur l’adrénaline d’une saison unique énormément marquée par les blessures.

C’est un Pascal Daoust pragmatique qui a pris place au deuxième étage du Centre Agnico Eagle afin de peser le pour et le contre de cette dernière campagne. Plusieurs sujets ont été abordés lors de son allocution devant les médias : développement, utilisation des jeunes, futur du noyau de vétérans et autres. Dans toute cette compilation, le volet des blessures a dicté la réflexion du personnel hockey de l’équipe.

Sans compter les blessures d’usage qui peuvent arriver durant une saison, Daoust parle de cas exceptionnels dans les dossiers d’Émile Lauzon et de William Blackburn. Pendant que l’un a manqué toute la saison à la suite de symptômes reliés à ses commotions cérébrales, l’autre a manqué plus d’une demi-saison après avoir été sorti sur civière dans un duel face aux Wildcats de Moncton. 

Féru de statistiques, le directeur général a voulu nuancer le contexte dans lequel les Foreurs devaient se débrouiller à partir du début du mois de décembre. 

«Un gardien #1 comme William Blackburn joue grossièrement plus de 3000 minutes par saison. Il n’en a eu que 933. Sur ce qu’on anticipait, c’est un peu plus de 20%. Pour Philippe Cloutier, qui arrivait en tant que recrue, on prévoit lui donner une vingtaine de parties. Il les a faits, mais en rafale avec un calendrier exigeant. On concède qu’il était présent pour environ 30% du calendrier. Ça veut dire que les 50% restants ont été gardés par deux gardiens qui ont passé la saison avec les Forestiers d'Amos et un autre qui a passé sa saison à jouer au niveau collégial, à Québec», a calculé Pascal Daoust. 

Au terme de son bilan, celui-ci est catégorique : les Foreurs de Val-d’Or ne représentaient pas une formation qui a terminé au 15e rang au classement général. 

«J’aimerais ça dire que je suis naïf, égoïste ou aveugle, mais c’est unanime dans toutes les discussions que j’ai eu avec les gens dans le domaine du hockey qui porte une attention…je suis convaincu que nous sommes ailleurs que 15e. On n’aurait pas joué contre Gatineau et on aurait encore des matchs la semaine prochaine», a fait savoir le manitou hockey de l’équipe. 

Personne ne quitte 

À présent que la saison 2021-2022 est dans les livres d’histoire et les jeux-questionnaires, la pause ne sera pas très longue pour préparer 2022-2023. Avec le repêchage de la LHJMQ prévu le 4 et 5 juillet, les scénarios sont sur la table pour préparer l’alignement du 30e anniversaire de la franchise. Excepté le trio de joueurs de 20 ans qui quitteront pour poursuivre d’autres opportunités, le groupe en place devrait rester le même, que ce soit sur la glace ou derrière le banc. 

«Aucun joueur n’est promis à une autre organisation. Malgré les spéculations, l’alignement que vous avez vu sera de retour. Nos espoirs restent avec nous. Nos choix restent avec nous», a lancé Pascal Daoust. 

«Très fier de ce que le groupe d’entraîneurs a fait et de ce que les joueurs ont livré dans les conditions qu’ils ont été placés. Comme je l’ai mentionné dans certaines réunions, il n’y a rien qu’on n’a pas fait pour préparer le futur à court, moyen ou long terme». 

Le directeur général ne le cache pas, les joueurs ont dû composer avec plusieurs claques au visage. Une de celles-ci a été le départ de Marshall Lessard, transigé aux Sea Dogs de St John à la date limite des échanges. En plus de composer avec les absences temporaires chez Alexander Mirzabalaev et Zackary Michaud, la deuxième ligne offensive n’a jamais bénéficié d’une composition stable et durable. Toutefois, sans vouloir dévoiler les détails, Pascal Daoust assure que du renfort s’en vient au repêchage. 

«Je n’ai vu personne rester coucher au sol. Tout le monde s’est relevé après chaque coup dur. Je ne suis pas là, mais demandez à n’importe quel joueur s’il voudrait revivre cette saison tous ensemble. Tout le monde disait que c’était un groupe exceptionnel, mais cette saison ne sera que des what if », a indiqué Pascal Daoust.  

En terminant, ce dernier n’a pas voulu statuer sur le futur des joueurs qui seront de retour l’an prochain. Si Alexandre Doucet et Kale McCallum devaient prendre deux des trois postes de joueurs de 20 ans, le prochain camp d’entraînement dictera le reste des effectifs. Quant à Alexander Mirzabalaev, son séjour à Val-d’Or semble terminer en raison de son âge et de son statut de joueur européen.

Maintenant que les joueurs russes et biélorusses ne pourront pas évoluer dans la Ligue canadienne de hockey, le bassin de hockeyeurs se rétrécit quelque peu. Appelé à choisir au 12e rang du prochain encan international, Val-d’Or viserait davantage un attaquant lors de cet encan qui se tiendra à la fin du mois de juin. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média