Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

13 juin 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Du Nevada à la Finlande, Nicolas Roy a couru partout en 2022

Une pause salutaire pour le joueur des Golden Knights de Vegas

Nicolas Roy - Golden Knights Vegas

©gracieuseté - Golden Knights de Vegas

Nicolas Roy aura vécu une saison de fou, avant de l’allonger quelque peu avec l’équipe canadienne au Championnat mondial de hockey.

HOCKEY - Le retour en Abitibi-Témiscamingue sera salutaire pour le hockeyeur Nicolas Roy. Une saison éreintante et une participation avec l’équipe nationale plus tard, le grand centre prendra les prochaines semaines pour refaire le plein d’énergie et réfléchir à son avenir avec les Golden Knights de Vegas.

Arrivé d’Europe dans les derniers jours, l’Amossois est revenu dans son patelin d’origine, arborant fièrement une médaille d’argent acquise au Championnat mondial senior avec l’équipe canadienne. Prenant part à une première expérience internationale au niveau professionnel, Roy a vu le parcours quelque peu chaotique du Canada prendre fin avec une défaite de 4 à 3 en prolongation face aux Finlandais, qui assumaient le rôle d’hôtes dans cette compétition.  

Auteur d’un but et quatre passes dans ce tournoi en sol européen, le principal intéressé a dû retrouver certains réflexes de son séjour passé sur la glace olympique du Centre Georges-Vézina de Chicoutimi. Un exercice plus facile à dire qu’à réaliser, selon le hockeyeur de 25 ans. 

«Surprenamment, on dirait que je n’étais plus du tout habitué aux dimensions olympiques. Mon passage à Chicoutimi remonte déjà à quelques années. Je savais quand même un peu comment m’y prendre. Ça faisait drôle de revenir sur une glace comme ça», explique le joueur des Golden Knights. 

Publicité

Défiler pour continuer

«Plus on avançait dans le tournoi, mieux ça allait en tant qu’équipe. On a fait une remontée incroyable de trois buts contre la Suède en quart de finale et une autre contre la Finlande. Le résultat est décevant, mais on ressort tout de même avec la médaille d’argent», ajoute l’Abitibien. 

Transfert du côté obscur 

Pour Roy, cette seconde place avec l’équipe nationale vient redonner une note sucrée à une fin de saison au goût amer. Qualifiés en séries éliminatoires durant leurs quatre premières années d’existence, les Golden Knights traversent un premier printemps fade dans leur histoire. Dans une lutte serrée, la formation du Nevada a manqué d’essence et a vu les Stars de Dallas et les Kings de Los Angeles poursuivre leur parcours. 

Certes, cette lutte à finir était bien divertissante pour les amateurs de hockey, mais elle a aussi été cathartique pour une grande majorité d’entre eux. Dans une manœuvre qui ferait verser une larme d’homme au lutteur Rowdy Piper (NDLR : merci à Kevin Raphael pour le cours de WWE 101), Las Vegas est devenu l’ultime vilain protagoniste de la Ligue nationale de hockey.

Dans un semblant d’élan de solidarité, les partisans des 31 autres équipes du circuit Bettman se sont alliés pour se délecter des malheurs des Chevaliers dorés. Un mouvement motivé, entre autres, par la gestion de l’échange du gardien Marc-André Fleury, l’aura de rockstar entourant l’organisation et les acquisitions importantes faites par le directeur général, Kelly McCrimmon au cours des dernières années.

«Je pense que c’est comme ça depuis une ou deux saisons. C’est arrivé d’une manière inorthodoxe. Quand tu arrives dans la LNH et que tu connais autant de succès, en général, les gens aiment moins ça. On voyait ça sur les réseaux sociaux, mais ça ne me dérangeait pas. Ça demeure notre équipe et on fait notre possible», illustre le #10. 

Même s’il considère que la campagne 2021-2022 servira de retour sur terre pour le groupe, Roy n’est pas inquiet que Las Vegas sera encore parmi les bonnes équipes de la ligue, l’an prochain. 

«Je crois qu’on a encore deux ou trois bonnes saisons où on peut facilement aspirer à gagner la Coupe Stanley. L’équipe commence à vieillir tranquillement, mais nous n’avons pas beaucoup de joueurs en haut de 32 ans», analyse celui qui a été un choix des Hurricanes de la Caroline en 2015. 

Nicolas Roy - Golden Knights Vegas

©gracieuseté - Golden Knights de Vegas

Les Golden Knights de Vegas ont manqué les séries éliminatoires pour une première fois depuis leur arrivée en 2017-2018.

Maintenant joueur autonome avec compensation, Roy prendra la prochaine saison morte pour s’assoir avec son agent, Pat Brisson, et évaluer ses options pour la suite de sa carrière. Même si Las Vegas doit jongler avec une importante masse salariale, le Québécois aura sûrement droit à une petite augmentation après avoir touché 750 000$ par année (le minimum dans la LNH) au cours des deux dernières campagnes. 

«Je suis vraiment prêt à revenir avec les Golden Knights. J’adore l’organisation de A à Z : l’équipe, les joueurs, la ville, les partisans. J’aimerais signer avec eux pour plusieurs années. On n’a pas encore parlé de négociation. Je sais qu’avec la situation du plafond salarial, Las Vegas a des choses à régler avant, donc je suis conscient que ça peut prendre du temps. Je sens qu’on m’aime en tant que joueur, donc je suis confiant de trouver une entente avec eux», croit l'athlète. 

En 78 parties, Roy a récolté 15 buts et 39 points lors de la saison 2021-2022. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média