Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

22 juin 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une escale terre-neuvienne attendue pour trois karatékas régionaux

Un impact à venir sur le long terme

Samir Baccouche Thieery Mongrain Francis Caron

©gracieuseté

Samir Baccouche (à gauche) accompagnera son élève Francis Caron (à sa gauche) et Thierry Mongrain (ceinture brune) lors du championnat canadien de karaté. Ce dernier est entraîné par son père, Tommy Mongrain (à droite).

KARATÉ - Un trio de Témiscabitibiens voyagera jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador pour faire briller le talent régional en karaté, alors que les Rouynorandiens Francis Caron et Samir Baccouche accompagneront le Malarticois Thierry Mongrain du côté de St. John’s.

Disputée au début du mois de juillet, cette compétition nationale est un pas de plus pour intégrer le volet panaméricain de la discipline. En attendant de se rendre dans les Maritimes, Caron (ceinture noire 1er Dan) et Mongrain (ceinture brune) s’entraînent trois à quatre fois par semaine à l’école Action Karaté Abitibi-Témiscamingue pour se préparer à ce grand rendez-vous. Au total, près de 600 athlètes sont attendus sur place pour une première édition depuis l’arrêt forcé provoqué par la pandémie. 

L’escale en sol terre-neuvien est la conclusion d’un long processus qui s’est étiré durant plusieurs mois. L’impact d’une telle délégation fera des petits au cours des prochaines années, pense le président du Club de karaté Action Karaté Abitibi-Témiscamingue, Samir Baccouche. Ce dernier n’écarte pas la possibilité que l’Abitibi-Témiscamingue double ce total d’ici l’année prochaine. 

«Actuellement, on travaille ensemble. On est bien heureux de cette chance d’avoir trois sélections au niveau provincial. On doit tout d’abord passer par le niveau régional et ensuite se qualifier à travers les athlètes du Québec. Pour réussir, on prend en compte un système de points avec les médailles remportées. Seulement deux personnes par catégorie peuvent se qualifier pour Équipe Québec». 

Passage comme officiel 

Contrairement à ses élèves, Samir Baccouche n’aura pas l’occasion de démontrer ses prouesses sportives sur le tatami, mais il donnera un coup de main à titre de juge de niveau mondial. Présentement l’un des 14 juges au Canada admissibles à officier des matchs de niveau international (et l’un des sept au Québec), l’Abitibien reçoit des appels de toute part via la Fédération mondiale de karaté. 

«On est peu nombreux. Je viens tout juste d’arriver des Caraïbes, car je prenais part aux Jeux panaméricains, donc je suis toujours sollicité pour ce type d’événement.» 

Malgré un processus qui demeure long et onéreux à la longue, Baccouche n’est qu’à quelques étapes près de devenir un arbitre pleine licence de niveau international. En kata, ce dernier a accompli tout ce qu’il avait à faire et compte maintenant se concentrer à finir les deux derniers examens de la formation finale pour le kumite. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média