Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

24 juin 2022

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

De la fermeture de la CIP à la création de Tembec

Un point charnière dans le développement du Témiscamingue

Marie-Pier Valiquette

©Gradieuseté - Musée de la Gare

Marie-Pier Valiquette et Gabrielle Desrosiers ont fait preuve d’une belle complicité pour réaliser l’exposition «Des gens qui construisent eux-mêmes leur avenir – People who built their own future».

Le Musée de la Gare à Témiscaming a misé juste en faisant appel à l’artiste Gabrielle Desrosiers pour collaborer à la création de l’expo «Des gens qui construisent eux-mêmes leur avenir.» Rencontre avec deux passionnées de l’histoire et de ceux qui la font.

Tembec est entrée en fonction en octobre 1973. Malgré que l’exposition intitulée Femmes de papier ait été présentée l’été dernier dans le cadre des festivités du centenaire de la ville mono-industrielle, il allait de soi que les 50 ans de la création de Tembec méritaient tout autant d’être à l’avant-plan.

«L’épopée de la création de Tembec a tellement changé le cours des choses pour la ville, pour la région, a relaté l’artiste Gabrielle Desrosiers, conceptrice de l’exposition. Sur le plan entrepreneurial, c’était aussi quelque chose de nouveau, dans les années 1970.»

Ténacité et audace

Il faut ici se souvenir que Tembec a été créée par quatre ex-cadres de la CIP qui venait de fermer ses portes à Témiscaming. «C’est quand même incroyable tout ce que les gens ont fait pour pouvoir continuer à vivre ici, ils auraient pu quitter, s’en aller ailleurs, a souligné Marie-Pier Valiquette, directrice du Musée de la Gare. L’usine était propriétaire des maisons des employés, comme cela se faisait à l’époque, des maisons, de l’hôpital, de l’hôtel de ville. Les dirigeants ont proposé aux travailleurs de racheter leurs maisons, et peu de temps après, ils ont fermé l’usine.»

«C’est quand même incroyable tout ce que les gens ont fait pour pouvoir continuer à vivre ici, ils auraient pu quitter, s’en aller ailleurs»   - Marie-Pier Valiquette

Mme Desrosiers ne connaissait pas l’entièreté de l’histoire. Elle a également été fascinée de découvrir ce qui s’était produit. «J’ai visionné le documentaire, je suis entièrement fan de M. Dottori. Je suis fascinée par tout ce qu’ils ont fait, comme l’épisode des chaloupes, où les gens faisaient semblant d’aller à la pêche, mais c’était en fait pour protéger les billes de bois qui flottait afin que l’industrie ne s’en empare pas malgré sa fermeture.»

Tant Mmes Valiquette que Desrosiers s’entendent pour dire que ce qui les a marquées en consultant les documents liés à cette période, conduisant à la création de Tembec, ce sont l’audace et la ténacité dont ont fait preuve les acteurs de ce grand tournant dans l’histoire du développement de Témiscaming.

Deux femmes, une expo

La complémentarité entre les deux femmes a donné un résultat plutôt intéressant. Mme Valiquette s’est occupée de tout l’aspect historique et elle a confié la conception à Gabrielle Desrosiers.

«J’ai choisi Gabrielle pour réaliser cette exposition, à cause de sa facture visuelle que j’appréciais déjà, a indiqué Marie-Pier Valiquette. Comment elle utilise les couleurs.»

À l’intérieur d’une structure scénographique, des panneaux, des photos, des textes, des projections relatent les moments forts de tout ce qui s’est passé de 1972 à 1973. «Si vous voulez en savoir plus, il faut venir visiter l’exposition», a renchéri Gabrielle Desrosiers à la blague.

Le vernissage de l’exposition «Des gens qui construisent eux-mêmes leur avenir» débute le 24 juin et se poursuit jusqu’au 5 septembre. Pour en savoir plus sur les coordonnées du musée et sur ses heures d’ouverture, rendez-vous sur la page web www.museedelagare.com.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média