Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 juin 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

La révocation du jugement Roe vs Wade dénoncé en Abitibi

Val-d’Or suit le mouvement citoyen de Rouyn-Noranda

Avortement - Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Plusieurs personnes de plusieurs milieux ont participé à l’action citoyenne en réaction au renversement du droit à l’avortement au États-Unis.

COMMUNAUTÉ - Des mouvements citoyens commencent à se former à la suite de la révocation du jugement Roe vs Wade, qui ne garantit plus le droit à l’avortement aux États-Unis. Après Rouyn-Noranda, dimanche, Val-d’Or a emboîté le pas, mercredi soir.

Même si ce dossier judiciaire ne touche pas le Québec ni le Canada, plusieurs femmes de plusieurs milieux se sont senties interpellées par cette décision très controversée. 

À Val-d’Or, des gens se sont rassemblés au coin de la 7e rue et de la 2e avenue (à côté de l’hôtel de ville) pour amorcer des discussions et montrer leur désapprobation face à ce retour à la case départ.  

«On ne veut pas catégoriser les ‘’pro-choix’’ ou les ‘’pro-vie’’. On est dans une direction ‘’pro-choix de vie’’. Il y a plusieurs situations qui font en sorte qu’une femme n’est pas prête à avoir un enfant : monétaire, juridique, familiale. Ça n’appartient à personne. On est là pour dire que c’est important de faire un choix en connaissance de cause et de ne pas le faire par une quelconque influence», insiste l’une des deux responsables de ce rassemblement, Valérie Dufour, en compagnie de Marie-Ève Béland 

Sur place, des gens œuvrant dans le domaine médical, judiciaire et psychologique ont passé quelques minutes sur place à converser ensemble sur toutes les ramifications autour de ce nouveau jugement de la Cour Suprême. Pour plusieurs d’entre eux, c’est un grand retour en arrière qui est observé dans certains états américains. 

«C’est dur de donner un chiffre précis, mais au Canada, on estime que 50% des avortements ont été décidés suite à un problème de contraception. L’accès, pour une femme, à un bon moyen de contraception et à son côté pratique n’est pas évident», avance Mme Dufour. 

En sécurité, mais… 

Maintenant que la décision a atteint une proportion internationale dans les médias, certaines personnes s’inquiètent un peu que ce mouvement contre l’avortement devienne populaire dans d’autres pays. Les lois semblent solides du côté canadien, mais un changement ne semble plus aussi impossible qu’avant, soulignent les deux organisatrices. 

«Il y a un gros mouvement pro-vie présentement, au Québec. Certains partis politiques, pour ne pas les nommer, ont approché certains candidats qui se disent ouvertement pro-vie. C’est sûr que cette discussion s’en vient, et elle est déjà là dans la province», croit Valérie Dufour. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média