Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Mines

Retour

08 juillet 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Grève à la mine Raglan : impasse totale

Les discussions entre Glencore et le syndicat sont à nouveau rompues

L’entreprise et les membres du syndicat des Métallos ont tous deux quitté la table des négociations après seulement quelques rencontres avec un conciliateur. 

Les partis impliquées devaient tenir deux rencontres afin de trouver une solution au conflit de travail, qui paralyse les activités à la mine de nickel du Nunavik depuis maintenant 6 semaines. L’entreprise affirme que les travailleurs syndiqués refusent carrément de négocier à la table. « Nous déplorons que le syndicat ne veuille pas laisser une chance au processus de négociation, alors que nous étions prêts à poursuivre les discussions », a affirmé le vice-président de Mine Raglan, Pierre Barrette, par voie de communiqué. « Nous sommes convaincus que nous aurions pu en arriver à une entente gagnante pour tous, compte tenu des avancées sur tous les aspects des conditions des travailleurs que prévoyait déjà notre offre globale », a-t-il ajouté.  

Glencore_Raglan_concentrateur

©Glencore Canada Mine Raglan

Les 630 employés syndiqués des Métallos de la mine Raglan sont en grève depuis le 27 mai dernier.

Vive réaction des Métallos 

Du côté des 630 syndiqués de la mine Raglan, c’est l’entreprise qui négocie de mauvaise foi en refusant de bonifier son offre de mai dernier, qui avait été refusée à 97.5% par les travailleurs de la mine. « Il n’est pas question de laisser une multinationale nous manquer de respect et mépriser nos lois qui l’oblige à négocier de bonne foi ! », a commenté le président de la section locale 9449 du Syndicat des Métallos Éric Savard. « On veut bien retourner à la table des négociations si l’employeur se montre prêt à négocier de bonne foi. Donc, si Glencore veut nous voir assis pour négocier, ce sera oui ; si elle veut voir ses salariés à genoux, ce sera non ; et si elle ne bouge pas de sa position, nous resterons debout et solidaires », a conclu Éric Savard, par voie de communiqué. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média