Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

12 juillet 2022

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Des projets de réduction des émissions d’arsenic seraient sur la glace

Le syndicat de la Fonderie Horne réagit à la crise de l’arsenic

Anodes Fonderie Horne Glencore Rouyn-Noranda

©Photo Gracieuseté

Le Syndicat des travailleurs de la mine Noranda invite le gouvernement et Glencore à parvenir à une entente en vue de la réduction des émissions d’arsenic.

Le Syndicat des travailleurs de la mine Noranda (STMN–CSN) réagit finalement à la crise de l’arsenic et réclame que Glencore et le gouvernement s’entendent rapidement pour établir un échéancier précis et parvenir à «la plus grande réduction techniquement possible d’arsenic dans l’air».

Dans un communiqué émis le 11 juillet, le Syndicat affirme que différents projets de réduction des émissions d’arsenic sont sur la glace, en attente d’approbation par Glencore international, tels les projets Velox/Phenix, la filtration de l’air des évents ou le nettoyage des environs de l’usine. 

« On demande aussi à Glencore d’être plus transparente et de faire connaître ses intentions. Ce serait à notre employeur d’exprimer clairement sa position sur la place publique. Le gouvernement devrait lui aussi prendre position quant à une réduction qui serait acceptable à long terme de façon à permettre un investissement majeur de l’employeur qui ne se fera pas sans une garantie sur plusieurs années », a déclaré Stéphane Larente, président du STNM–CSN. 

Entre l’arbre et l’écorce 

Le Syndicat se retrouve entre l’arbre et l’écorce, mais croit qu’il est possible de poursuivre les opérations à la Fonderie tout en réduisant significativement les émissions d’arsenic. Le Syndicat soutient qu’aucune piste de solution ne devrait être négligée. « En combinant plusieurs mesures de réduction des émissions, il est possible de continuer les opérations de la Fonderie Horne tout en effectuant un contrôle des émissions d’arsenic beaucoup plus important qu’en ce moment. On maintiendrait ainsi des milliers d’emplois liés à la fonderie tout en améliorant la qualité de vie des citoyens de Rouyn-Noranda », a ajouté Kevin Gagnon, vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN). 

« L’ensemble des ministères impliqués doivent agir de façon transparente, les travailleurs et la population ont le droit de savoir à quoi s’attendre pour l’avenir. Soulignons également un aspect méconnu de la fonderie : le recyclage de métaux contenus dans le matériel électronique qui seraient autrement un déchet », a conclu Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec–CSN. 

Commentaires

14 juillet 2022

jimmy larouche

sa fait trop longtemps quon rie de nous , une mine une ville (sloguant de la ville), une fondrie le debut dla fin , 4 lac afecter se ralient a des artaire majeur du qc , la moitier de la ville a un sol contaminer (par chance les vent dominent sont inverse ) donc les terre inverse sont des cap de roche ou ne pousse rien pas la moindre verdure et le sol rouge orange me rapelle cque le qc a la tete bien enfler en disant que lon est vert lol

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média