Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

13 juillet 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Dossier arsenic à Rouyn-Noranda

La mairesse Diane Dallaire a rencontré le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, le 13 juillet.

ITB-VRN_suivi_Arsenic

©Gracieuseté - UREQ

Le dossier des émissions d’arsenic dans l’air à Rouyn-Noranda devrait franchir une nouvelle étape avec le dépôt du plan d’action de la fonderie Horne, prévue pour la fin de l’été. 

Le ministre Charette a proposé l’idée de mettre en place un plafond journalier plutôt qu’une norme annuelle afin de mieux encadrer les émissions d’arsenic de la fonderie Horne. « Il y a également la possibilité d’installer de nouveaux instruments afin de mesurer plus adéquatement non seulement le taux d’arsenic, mais également les autres métaux lourds présents dans l’air », a commenté la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire. « Ce que nous voulions en premier lieu était de relayer les craintes de notre population en ce qui a trait à tout le dossier de l’arsenic. Nous allons d’ailleurs continuer à suivre tout ça de très près en attendant les développements du côté du gouvernement provincial », a ajouté la mairesse.  

Arsenic à Rouyn-Noranda

©Le Citoyen - Ian-Thomas Bélanger

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, lors du conseil municipal du 11 juillet dernier, où une centaine de citoyens étaient venus faire connaître leur mécontentement dans le dossier des émissions d’arsenic dans l’air dans la communauté

La balle dans le camp de la fonderie Horne 

Les dirigeants de la fonderie Horne, propriété de Glencore, devraient faire connaître d’ici quelques semaines leur plan d’action afin de réduire les émissions d’arsenics et de métaux lourds dans l’air. « Nous savons que tout ça va se faire par étape. Nous savons que la fonderie investit présentement des fonds afin de pallier au problème. Nous allons franchir une nouvelle étape quand nous saurons ce que les dirigeants de la fonderie nous présenterons dans leur plan d’action », a conclu la mairesse. 

Commentaires

17 juillet 2022

Luc Martial

Il est grand temps d’être honnête entre-nous et dans ce dossier. Ce n’est qu’une minorité de gens qui sont « inquiets » concernant la Fonderie et ses « émissions ». Et cette minorité ne se contenterons de rien de moindre que la fermeture de la Fonderie - une victoire qui ne serait que symbolique, arrogante et vide. Une victoire « woke » - au grand détriment de la santé de la ville et de la santé des gens qui y travaillent et y vivent. 3ng/m3? Quel chiffre arbitraire et insensé. Quel chiffre, standard, norme fabuleux et sans raison - dans la réalité de notre planète, de la nature et de nos comportements/consommations journaliers. La très vaste majorité de gens ne sont pas inquiets du tout – et ceci parce que aucun fait réel de la situation suggère autrement. La majorité des gens sont plutôt frustrés que nous en parlons encore et sans cesse. Glencore qui appartient la Fonderie Horne est une multinationale exemplaire – et la ville et ses citoyens sont privilégiés par leur présence. C‘est le temps d’être reconnaissant et respectueux envers eux – avant qu’ils décident de finalement quitter et d’apporter leurs grandes ressources et incroyables contributions à une autre province canadienne.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média