Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

18 juillet 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Tour de l’Abitibi : la France monopolise le podium final

Lucas Mainguenaud brise la domination américaine

Tour Abitibi 2022

©VéloGazette/Vincent Drouin

Le Tour de l’Abitibi 2022 s’est conclu, dimanche, avec un podium 100% français.

CYCLISME - La domination française au 52e Tour de l’Abitibi s’est officialisée, dimanche, dans les rues d’Amos. L’équipe nationale a conclu l’événement avec trois de leurs six représentants sur le podium, menée par Lucas Mainguenaud, grand vainqueur de la course au terme des sept étapes de la semaine. 

Mainguenaud est suivi derrière par son coéquipier, Mathéo Barusseau, qui a ainsi conservé sa bonne position au classement général après avoir remporté la première étape entre Rouyn-Noranda et Amos. Le trio est complété par Mathieu Dupé, qui détenait le maillot brun après la cinquième étape. 

Lors de la sixième (samedi), Mainguenaud a tout juste réussi à rester tout près du groupe d’échappé, qui a mené les 115,9 km de la boucle Amos-Preissac presque d’un bout à l’autre. Une performance qui lui a permis de retrancher 44 secondes de retard sur Barusseau et Dupé pour ne plus jamais regarder derrière. 

En plus de réussir l’exploit de mettre trois de leurs coureurs sur le podium, la formation européenne met aussi fin à l’hégémonie américaine au Tour de l’Abitibi qui durait depuis les cinq dernières éditions. 

«On a pu voir leurs stratégies tout au long des courses. Plus on avançait dans la compétition, on voyait qu’ils utilisaient des astuces en équipe, et non de manière individuelle. Avec cette victoire, la France est maintenant au premier rang de l’Union cycliste international (UCI)», analyse la présidente du Tour de l’Abitibi, Mélanie Rocher. 

«Pas qu’on n’aime pas les Américains au Tour de l’Abitibi, mais on voit un petit vent de changement avec une nouvelle équipe internationale qui mène la barque», renchérit-elle. 

Base solide 

L’excitation régnait dans le comité organisateur pendant la présentation des différentes épreuves. Après avoir vu les éditions 2020 et 2021 être annulées à cause du coronavirus, celle de 2022 a rempli ses promesses, tant au niveau sportif que logistique. 

Alors que l’arrivée de certaines équipes nationales juniors était un point interrogation avant le départ, seuls un cycliste et un entraîneur américain ont vu leurs bagages ne pas se rendre en Abitibi-Témiscamingue. Au bout du compte, ils ont pu être équipés à temps pour la première étape. 

«Dans les défis qu’on a dû faire face, il fallait ajouter la disponibilité des voitures, les bénévoles et même le prix de l’essence. Malgré tout, mon comité organisateur et moi pouvons dire mission accomplie», explique Mme Rocher. 

L’édition 2022 aura servi, en quelque sorte, d’entraînement pour la prochaine à Amos. Une équipe solide sera là pour seconder de nouveau Mélanie Rocher, qui assurait la présidence pour une première fois. 

«Je dirais que la majorité du comité organisateur a vécu quelque chose d’exceptionnel. Chacun leur tour, les membres ont pu me le faire savoir. La plupart d’entre eux seront de retour l’année prochaine. C’est la même chose du côté des bénévoles», a-t-elle confié. 

Pour compléter le tour des maillots, notons que l’Ontarien Luke Valenti (Toronto Hustle) a conservé le maillot à pois du meilleur grimpeur d’un bout à l’autre du Tour de l’Abitibi. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média