Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

22 juillet 2022

Audrey-Anne Gauthier - aagauthier@lexismedia.ca

Diane Dallaire s’est entretenue avec François Legault

La mairesse réclame la nomination d’un administrateur d’État

Fonderie Horne Rouyn-Noranda

©Thierry de Noncourt - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La Fonderie Horne

Lors d’une rencontre téléphonique d’une trentaine de minutes, la mairesse Diane Dallaire a demandé la nomination d’un administrateur d’État dédié à la qualité de l’air concernant le dossier de l’arsenic à Rouyn-Noranda. 

Selon la mairesse, la création d’un poste d’administrateur d’État assurerait que le dossier demeure une priorité au gouvernement et que tous les ministères se coordonnent plus efficacement pour faire progresser le dossier. La demande aurait reçu un accueil favorable de la part du premier ministre François Legault. Lors de cet entretien, Mme Dallaire a réitéré l’importance d’agir immédiatement. « C’est une situation sans précédent pour Rouyn-Noranda. Les impacts sont majeurs sur la santé des citoyens, la santé environnementale et le développement de la ville ». Alors que la situation de la qualité de l’air est loin d’être un nouvel enjeu, elle se dit préoccupée par la santé des citoyens et la qualité de l’air devrait désormais figurer en tête de lice des priorités. « Le gouvernement doit exercer une pression sur Glencore pour que l’entreprise vise l’atteinte des normes pour l’ensemble des métaux », a-t-elle conclu.  

Commentaires

27 juillet 2022

Luc Martial

Encore une fois avec la peur et l’urgence. Pourquoi les politiciens et les médias ne prennent jamais le temps d’expliquer au petit peuple ce qu’est l’arsenic exactement? Plus intéressant encore…pourquoi n’y a-t-il jamais mention des « normes » dans les provinces voisines (Ontario et Nouveau-Brunswick) ainsi que la « norme » fédérale? Au Québec c’est arbitrairement 3 nanogrammes par mètre cube…en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au fédérale la norme est de « 300 nanogrammes par mètre cube ». 100 fois plus chez nos voisins et au fédérale. Pourquoi ce si grand écart entre nous et eux? Comment l’expliquer? Et pourquoi pas l’expliquer? Et pourquoi jamais en faire mention dans les réunions, les conférences, les rapports, les médias?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média