Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

10 août 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Fonderie Horne : L’INSPQ revoit ses chiffres

L’Institut National de Santé Publique du Québec propose de nouvelles valeurs de concentration de métaux lourds dans l’air

Arsenic à Rouyn-Noranda

©Le Citoyen - Ian-Thomas Bélanger

Le docteur Luc Boileau (centre gauche) annonçait les résultats d’une étude qui propose de nouvelles cibles temporaires à atteindre concernant les émanations toxiques de la fonderie Horne

L’Institut National de Santé Publique du Québec propose une concentration de 15 ng/m3 d’arsenic en attendant l’atteinte de la norme québécoise de 3 ng/m3 concernant les émanations de la fonderie Horne de Rouyn-Noranda. 

Dans une étude rendue publique par l’INSPQ, une concentration d’arsenic de 15 nanogrammes par mètre cube protègerait les individus les plus vulnérables contre les effets néfastes des polluants, en excluant toutefois le cancer du poumon. L’étude révèle qu’abaisser les émanations à 15 ng/m3 provoquerait une chute des cas de cancer, passant de 10 cas sur 100 000 avec les émanations actuelles à 3 cas par 100 000 avec la concentration de 15 ng. Cette baisse pourrait également protéger les nouveau-nés et les fœtus des dangers liés à la baisse du conscient intellectuel à la suite d’une contamination aux polluants. De plus, les experts de l’INSPQ ont également présenté des chiffres concernant le dépassement maximum journalier, qui s’établirait à 200 ng/m3 pour l’arsenic, 350 ng/m3 pour le plomb et 30 ng/m3 pour le cadmium. Selon l’INSPQ, ces conclusions surviennent après des tests d’inhalation menés sur des animaux, notamment des rats et des souris. 

L’atteinte de 3 ng/m3 demeure 

En conférence de presse, le directeur de la Santé publique du Québec, Luc Boileau, a dit maintenir le cap sur une réduction marquée des émanations de métaux lourds à la fonderie Horne. « Nous visons toujours le 3 nanogrammes par mètre cube. Il s’agit ici d’une mesure temporaire afin de permettre à l’entreprise de faire son travail pour réduire ses émanations », a-t-il mentionné. Toutefois, aucun échéancier n'a été dévoilé en ce qui concerne la date à laquelle la fonderie devrait avoir atteint la marque de 3 ng/m3. 

La fonderie Horne réagit 

« Nous prenons acte de la recommandation qu’a émise aujourd’hui le directeur national de santé publique concernant la qualité de l'air à Rouyn-Noranda, et sommes sensibles aux préoccupations exprimées quant au bien-être de la communauté dont nous faisons partie intégrante depuis 95 ans. » a déclaré l'un des porte-paroles de Glencore Canada Corporation, Alexis Segal. « Nous sommes plus que jamais déterminés à minimiser notre empreinte environnementale et à offrir notre entière collaboration pour réduire nos émissions au minimum. Nous dévoilerons dans les prochains jours notre plan d'action complet qui, nous l’espérons, répondra aux préoccupations soulevées jusqu’ici, tout en contribuant au développement durable de notre communauté » a-t-il ajouté par voie de communiqué. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média