Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

28 août 2022

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le Centre de femmes du Témiscamingue fête ses 40 ans

Ouverture, accueil et créativité à l’honneur

Sylvie Morin

©Lucie Charest

Sylvie Morin a animé l’atelier d’écriture qui a connu un succès immédiat.

Il y avait quelque chose de profondément apaisant et accueillant qui émanait du site des festivités du 40e anniversaire du Centre de femmes du Témiscamingue à la Place du Centenaire à Ville-Marie ce samedi 27 août. Femmes et hommes de tous âges, dont bon nombre d’entre eux n’étaient pas nés lors de la fondation du centre, ont célébré dans la joie.

«Pour une première fois, nous avons invité les hommes à se joindre à nous, a fait observer Josée Lefebvre, travailleuse au Centre de femmes du Témiscamingue depuis plus de 20 ans. Ils sont invités à porter le carré de cuir de la Campagne Moose Hide. C’est un mouvement populaire qui regroupe les hommes et garçons autochtones et allochtones qui s’opposent à la violence envers les femmes et les enfants.»

Mme Lefebvre était émue et fébrile lorsque nous l’avons rencontrée. Il faut savoir qu’elle est aux premières loges pour mesurer le chemin parcouru, car elle avait été embauchée à titre de chargée de projet pour préparer les célébrations du 20e anniversaire. En plus d’avoir contribué à la rétrospective des 20 premières années, elle a été directement impliquée dans les 20 années qui ont suivi puis qu’elle est par la suite devenue travailleuse au Centre de femmes à titre d’artiste animatrice.

Similitudes et différences

La liberté d’action arrive en tête de liste lorsque nous demandons à Josée Lefebvre ce qui distingue les femmes d’hier et celles d’aujourd’hui. «Les combats se ressemblent, a-t-elle noté. Mais les plus jeunes, elles plongent, elles ne se sentent pas d’entraves lorsqu’elles combattent pour améliorer la société, le monde.»

Clara Bastiani

©Lucie Charest

Clara Bastiani, chargée de projet pour les fêtes du 40e anniversaire a également réalisé le film Ces femmes qui tissent.

Clara Bastiani est chargée de projet pour les célébrations du 40e anniversaire du Centre de femmes du Témiscamingue. À l’aube de la trentaine, elle partage le même avis que sa collègue : peu de différences et beaucoup de similitudes entre les combats menés par les différentes générations, à savoir les luttes pour l’égalité des femmes, les luttes contre toutes les formes de violence faites aux femmes. «Aujourd’hui, l’engagement féministe touche aussi l’environnement, la planète, a-t-elle noté. Nous devons la garder vivante pour les générations qui suivront.»

Fait plutôt intéressant, le thème choisi pour souligner les 40 ans du premier centre de femmes à voir le jour dans la région, est «Tissées serrées». Le décor sur la scène de la Place du Centenaire arborait fièrement des courtes pointes et autres œuvres d’artisanat réalisées par des femmes.

«Pour nous, c’est un peu comme abattre des préjugés, a fait remarquer Mme Bastiani. Il n’y a pas les femmes à la maison qui font la cuisine et tricotent d’un côté et de l’autre, celles qui sont émancipées à l’extérieur. Chaque femme, de par sa propre action, contribue au féminisme.»

Activités

Différentes aires ont été aménagées sur le site pour tantôt favoriser les échanges, tantôt consulter le parcours historique des 40 années à travers la corde à linge le fil du temps, tantôt se reposer, tantôt jouer avec les enfants.

La créativité a également été mise de l’avant avec un théâtre de marionnettes, des discussions féministes, un cercle de création libre, et un atelier d’écriture animé par Sylvie Morin. «On ose les mots, les dessins spontanés, être femme en 2022, c’est quoi, nos fiertés, nos réalisations, nos défis», a lancé Mme Morin en guise d’invitation. Les textes produits lors de cet atelier pourraient éventuellement être publiés, réunis dans un mémoire collectif.

Cet anniversaire aura aussi été l’occasion de lancer le film «Ces femmes qui tissent» de Clara Bastiani. «Celles qui tissent, c'est un documentaire-poème de 45 min, où j'y ai tressé plusieurs couettes: les poèmes de l'atelier Femmes Territoires de Latulipe, les récits de Femmes sages, ainsi que le processus de réappropriation de mon pouvoir. Une co-création, où mon instinct a agi comme chef d'orchestre», a-t-elle confié.

Étaient également au programme un souper accueillant 100 personnes, une soirée dansante et un feu de camp. Bref, une journée mémorable pour fêter ses 40 ans bien sonnés.

©Lucie Charest

Clara Bastiani, chargée de projet pour les fêtes du 40e anniversaire a également réalisé le film Ces femmes qui tissent.

©Lucie Charest

Sylvie Morin a animé l’atelier d’écriture qui a connu un succès immédiat.

©Lucie Charest

Josée Lefebvre est toujours émue et engagée envers la cause après 21 ans au Centre de femmes.

©Lucie Charest

Clara Bastiani, chargée de projet pour les fêtes du 40e anniversaire a également réalisé le film Ces femmes qui tissent.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média