Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales 2022

Retour

29 août 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Élections : la CCATNQ-CSN oriente ses demandes vers la santé

À l’approche des élections

Félix-Antoine Lafleur - CSN

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le president du Conseil central Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec, associé à la CSN, Félix-Antoine Lafleur.

POLITIQUE - La santé et les services sociaux seront le fer de lance de la plateforme régionale du Conseil central Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec, associé à la CSN, qui a dévoilé ses demandes aux différents partis politiques en vue de la prochaine élection provinciale.

Une centaine de répondants du regroupement ont participé à l’élaboration de cette plateforme, qui se divise en six grands thèmes : pénurie de main-d’œuvre, éducation, développement régional, environnement, travail ainsi que santé et services sociaux. 

Ce dernier thème est celui sur lequel la CCATNQ-CSN mettra le plus d’énergie afin de mettre fin aux ruptures de services et permettre aux parents de retourner au travail. Le syndicat veut que les élus identifient le réseau de la santé régional de manière particulière pour attirer des employés. Il demande également davantage d’investissements pour créer des places dans les Centres de la Petite Enfance et à lutter contre la privatisation du réseau de la santé. 

«La priorité est la santé, mais ça doit être fait de la bonne façon, soit avec les acteurs du milieu et non de grandes lignes et de grandes promesses qui descendent d’en haut», exprime le président de la CCATNQ-CSN, Félix-Antoine Lafleur.  

Publicité

Défiler pour continuer

Ce dernier ajoute que le regroupement veut voir le retour d’une élection au sein des conseils d’administration pour que ceux-ci aient un sentiment de redevabilité envers les citoyens. 

Décentraliser l’attractivité régionale 

Lors du processus de réponses des membres de la CCATNQ-CSN, plusieurs d’entre eux ont manifesté le désir de voir une décentralisation des actions pour l’attractivité régionale. Le syndicat demande que les futurs élus en place financent le développement et la mise en place d’une politique pour amener de la main-d’œuvre dans la région.  

«On veut qu’il y ait une enveloppe avec des sommes qui pourront être dépensées de manière autonome par les acteurs de la région. On ne veut pas que ce soit dicté par les ministères et que ce soit révisé et faire l’objet de multiples approbations. Ça entraîne une centralisation à l’extérieur de la région. En toute proportion, c’est la demande la plus prioritaire de nos membres», indique M. Lafleur. 

Même si la liste de demandes est plus élevée que les années antérieures, le président du syndicat régional souhaite mettre la barre haute et ratisser le plus large possible. 

«Ce n’est parce que ça va aussi mal, mais on pense qu’avec la multiplication des facteurs comme la pandémie, on pense qu’il est important de demander beaucoup. On s’attend à ce que les candidats soient capables de livrer la marchandise. Il y a eu beaucoup d’insatisfaction parmi les représentants régionaux à l’Assemblée nationale au cours des derniers mandats», admet Félix-Antoine Lafleur. 

La CCATNQ-CSN compte ne pas endosser ou encourager une quelconque formation politique au cours de la campagne électorale. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média