Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

15 septembre 2022

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Pierre Dufour veut un statut particulier pour trois sites récréotouristiques

La Forêt récréative, le Mont Bell et le Sentier de la nature

Forêt récréative - Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La Forêt récréative sera l’un des trois sites désignés pour l’obtention d’un statut spécial promis par Pierre Dufour.

RÉCRÉOTOURISTIQUE - Pierre Dufour souhaite maximiser la protection autour des sites récréotouristiques d’Abitibi-Est. Advenant une victoire lors de la soirée du 3 octobre, le député sortant s’engage à entamer un processus pour créer un statut particulier pour la Forêt récréative (Val-d’Or), le Mont Bell (Senneterre) et le Sentier de la nature (Rivière-Héva). 

Le candidat de la CAQ a dévoilé cette promesse à la suite d’une demande faite par les différentes villes et municipalités impliquées. Si tout va de l’avant, il analysera les besoins de chaque site pour créer un statut qui répondra aux différents besoins.  

Puisque les entreprises et les différents organismes utilisent ces installations pour augmenter leur achalandage, leur potentiel économique devient de plus en plus attrayant.  

«Une alternative ne veut pas dire qu’elle est bonne pour les trois. Par exemple, pour la Forêt récréative, il faut continuer de la ‘’jardiner’’ et de s’assurer que les arbres ne tombent pas et demeurent en santé. Il pourrait y avoir un travail de foresterie artisanale dans l’une de ces catégories», précise Pierre Dufour.  

«Si les gens qui se mobilisent ne sentent pas d’appui gouvernemental, le site va rapetisser et rapetisser. Les gens aiment ces sites, donc assurons-nous de les protéger», pense l'ancien ministre régional. 

Les trois endroits cumulent un total de 85 kilomètres de sentiers pédestres, de raquettes, de ski de fond et de vélo. 

Un mot du municipal 

Même si le palier municipal a le dernier mot sur la gestion de ces sites, un statut particulier permettrait également aux sites d’avoir une sécurité plus étanche sur les différents projets industriels qui peuvent se développer autour. On n’a qu’à prendre exemple sur le projet de gravière qui enjambera la Forêt récréative. 

«Les municipalités vont être une partie prenante de ces actions. C’est justement pour arriver à se retrouver avec des consultations publiques, le 21 septembre prochain. Il semble que des autorisations ont été données, mais ne viennent pas rendre justice à tout le travail des bénévoles pour maintenir ces activités», assure M. Dufour. 

Des ententes avaient d’ailleurs été nécessaires pour qu’une zone aéroportuaire puisse être construite sur le territoire de la Forêt récréative. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média