Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

21 septembre 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Un débat protocolaire en Abitibi-Ouest

Les candidats à l’élection ont croisé le fer à Amos

Débat Abitibi-Ouest

©Gracieuseté - CCICA

(De gauche à droite) Samuel Doré (PQ), Alexis Lapierre (QS), les animateurs Mathieu Proulx et Jenny Corriveau, Guy Bourgeois (PLQ) et Suzanne Blais (CAQ) lors du débat politique d’Abitibi-Ouest, qui a eu lieu le 20 septembre à Amos au Théâtre des Eskers

Les dossiers touchant surtout la MRC d’Abitibi ont été débattus, hier à Amos, dans le cadre du débat organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie Centre Abitibi. 

Devant environ 80 spectateurs, les candidats Guy Bourgeois (PLQ), Alexis Lapierre (QS), Samuel Doré (PQ) et Suzanne Blais (CAQ) ont fait valoir leurs politiques respectives dans les domaines de la santé, de l’environnement, de la culture, de l’éducation, de l’immigration et de la main-d’œuvre. La députée sortante et candidate de la CAQ, Suzanne Blais, a dû se défendre à quelques reprises contre les attaques des trois autres candidats, particulièrement en ce qui concerne son bilan dans le domaine de la santé. « Vous dites que tout va bien alors qu’il y a des lits de fermés à l’hôpital de La Sarre et qu’il y a toujours une pénurie d’infirmières en Abitibi-Ouest », a lancé le candidat du PQ, Samuel Doré, pour rappeler à la députée sortante que la CAQ avait fait piètre figure dans le dossier depuis son accession au pouvoir. « Nous avons toujours une pénurie d’infirmières, mais nous avons réussi à régler les points les plus importants du dossier en 53 jours », a répliqué Suzanne Blais. En ce qui concerne les autres dossiers, les candidats ont surtout répété les engagements de leur parti respectif afin de pallier les nombreux problèmes, sans toutefois mettre de l’avant des idées personnelles sur ce qui pourrait être fait pour régler certaines questions. Par ailleurs, la question entourant la place des autochtones en Abitibi-Ouest n’a toutefois pas été soulevée durant le débat. Lors de la période de questions allouée à la foule, ce sont surtout des questions concernant l’accès aux soins de santé, les places en garderie et les mesures pour venir en aide aux aînés qui ont été adressées aux différents candidats, lesquels ont répondu en énumérant les nombreuses propositions et politiques de leur parti. 

Un débat sans émotions fortes 

Le civisme était cependant au rendez-vous au Théâtre des Eskers. Les candidats à l’élection ont démontré du respect l’un envers l’autres, sans jamais tomber dans les attaques trop personnelles et évitant des situations de cacophonie souvent présentes lors de ce type d’événement. Le débat s’est terminé avec un discours de chaque candidat, qui a résumé l’ensemble de sa politique tout en demandant la confiance de la population d’Abitibi-Ouest lors du scrutin du 3 octobre. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média