Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

26 septembre 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Un débat riche en propositions et en émotions

Débat des candidats en Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda

Débat Abitibi-Témiscamingue

©Capture d'écran - Radio-Canada

Les candidats des 5 partis politiques principaux ont croisé le fer à Rouyn-Noranda le 26 septembre, au débat organisé par Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue.

Le député caquiste Pierre Dufour a été la cible de choix des candidats, qui ont attaqué le bilan de la CAQ en Abitibi-Témiscamingue après 4 ans au pouvoir.  

Les Témiscabitibiens ont pu en savoir davantage sur les propositions des 5 principaux partis politiques, réunis sur une même scène pour un débat régional, organisé par la radio régionale de Radio-Canada et animé par la journaliste Lise Millette. Jean-François Vachon (PQ, RN-T), Jean-Maurice Matte (PLQ, A-E), Émilise Lessard-Therrien (QS, RN-T), Robert Daigle (PC, RN-T) et Pierre Dufour (CAQ, A-E) ont échangé, parfois vigoureusement, sur plusieurs dossiers comme la pénurie de logements, les enjeux sociaux (éducation, places dans les CPE) et l’environnement (qualité de l’air, électrification, protection de l’environnement, exploitation de la faune). Le dossier de l’agriculture régionale et l’économie ont également été débattus. Le député caquiste sortant dans Abitibi-Est a été attaqué de toutes parts par les autres candidats. Jean-François Vachon a cherché à trouver la faille dans l’armure du caquiste, en l’attaquant sur le dossier de l’éducation dès le début du débat. « Que faites-vous pour les élèves en difficulté ? Que faites-vous pour les aider ? Ces élèves-là se retrouver dans des classes surpeuplées, avec des problèmes d’apprentissage qui sont difficiles pour les enseignants », a-t-il lancé à Pierre Dufour. « Vous ne pouvez pas demander à un parti qui est en place depuis 4 ans de réformer tout ce qui  a été fait pendant une vingtaine d’années », a répliqué le député caquiste et ex-ministre régional, sur la défensive. En ce qui concerne l’économie, les candidats ont surtout annoncé des mesures économiques pour alléger les effets de l’inflation galopante qui afflige le pays. La pénurie de main-d’œuvre a également été examinée, la majorité des partis encourageant l’immigration francophone (PC, PQ, PLQ et QS). 

 

Un bon échange de flèches entre les candidats 

La formule adoptée permettait aux candidats de diriger des questions précises à l’opposant de leur choix, ce qui a donné lieu à de nombreuses prises de bec entre les candidats. Robert Daigle et Pierre Dufour ont notamment échangé quelques répliques intéressantes, surtout concernant l’environnement. « Je mets n’importe qui au défi de partir, un 30 décembre, d’aller à Montréal avec son véhicule électrique, juste pour voir jusqu’où vous allez vous rendre. La technologie n’est tout simplement pas là en ce moment, c’est ça la réalité », a lancé le candidat conservateur. « Finalement, vous nous dites qu’on ne fera rien chez nous, simplement parce que nos voisins sont pires que nous », a rétorqué Pierre Dufour. Émilise Lessard-Therrien a ramené le dossier des émanations toxiques de la fonderie Horne sur le parquet, en attaquant Pierre Dufour et la CAQ d’avoir mis en danger la santé des femmes enceintes. « La santé publique l’a dit, à 15 ng/m3 d’arsenic, on est capable de bien vivre la situation », a répliqué le député caquiste, ce à quoi Émilise Lessard-Therrien a répondu que 15 ng/m3 dans 5 ans n’était pas la solution du « plus rapidement possible ». « L’écoanxiété que vous créez dans ce dossier-là, je ne pense pas que ça aidé », a souligné Pierre Dufour, en mentionnant que la conversion des usines demeurait un processus long et ardu. Le candidat conservateur Robert Daigle a également tenté d’écorcher le caquiste Pierre Dufour, cette fois-ci dans le dossier de la santé mentale. « Le problème qu’on a est qu’il y a des organismes, mais ils ne sont pas accessibles! Avez-vous essayé d’avoir un rendez-vous avec un psychologue ? On n’a pas accès à ces soins-là. C’est criant », a décoché le conservateur à l’endroit de Pierre Dufour, qui a répondu que le gouvernement essaye de fournir les soins sur tout le territoire. Émilise Lessard-Therrien a attaqué à son tour le député sortant, en rappelant la fermeture des urgences et le manque de 300 infirmières dans la région. « Vous voulez encore investir dans le béton, alors qu’il faut un investissement dans les humains », a lancé la députée sortante de Québec solidaire dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, ce à quoi Pierre Dufour a répondu que les travailleurs ne viendront pas s’ils doivent travailler dans « des infrastructures désuètes ». 

 

Peu de cacophonie et beaucoup de discipline 

C’est un débat en bonne et due forme qui s’est déroulé à la Salle aux usages multiples du CÉGEP à Rouyn-Noranda. Les candidats ont été respectueux, allant même parfois à être d'accord avec des principes qui ne sont pas toujours à l’agenda de leurs partis politiques respectifs. « Vous êtes disciplinés. Je vous félicite. Vous rentrez dans vos temps », s’est exprimée l’animatrice, Lise Millette, lors de l’échange. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média