Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

13 octobre 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Protection des eskers : front commun en A-T

La SESAT reçoit l’appui d’autres organismes de protection des eaux souterraines

Cette situation peut occasionner de nombreux problèmes, dont des débordements et des nuisances dans les sites de traitement des eaux.

©Photo : gracieuseté

La protection des eskers demeure l’objectif principal de la Société de l’eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT)

La Société de l’eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT) reçoit un appui de taille dans son travail de protection des eskers et eaux souterraines régionales 

Le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT), l’Organisme de bassin versant Abitibi-Jamésie (OBVAJ) et de l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT) se sont entendues afin d’appuyer la SESAT dans ses projets de protections des eskers.

Cette collaboration survient après des discussions portées sur le sujet lors du Forum Esker 2022, qui s’est tenu à Val-d’Or les 26 et 27 mai derniers. « Cet appui vient nous aider dans le cheminement de nos dossiers et également pour les dossiers futurs. Par exemple, si un projet minier ou de coupe forestière survient sur un esker, nous pourrons compter sur l’appui politique et financier de ces partenaires afin de faire le travail nécessaire pour assurer la protection des eaux souterraines régionales », a commenté le président de la SESAT, Serge Bastien.

« Cette entente est pour une durée d’au moins 2 ans. L’apport financier de ces groupes devrait pouvoir nous aider à embaucher des ressources supplémentaires afin de poursuivre notre mission », a-t-il ajouté. 

 

L’union fait la force 

Les acteurs du milieu se sont donnés comme priorité à court terme d’établir un front commun afin de mieux défendre ce que plusieurs considèrent comme étant l’une des ressources les plus précieuses de l’Abitibi-Témiscamingue

« Pour le CREAT, il est important de continuer à documenter les impacts liés à l’exploitation des ressources et à colliger les connaissances sur l’eau souterraine de manière plus générale, tout en proposant des pistes de solutions et des règles à mettre en œuvre selon les usages », a commenté, pour sa part, la présidente du CREAT, Jacinthe Châteauvert, sur l’appui de l’organisme à la SESAT.

Rappelons que la Société de l’eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT) a pour mission d’influencer les règles et les choix d’usage du territoire, ainsi que ses modes de gestion, afin de contribuer à la pérennité de l’eau souterraine régionale, une mission que l’organisme poursuit depuis plus de 15 ans. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média