Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 octobre 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Conseil des ministres de la CAQ : rien pour l’A-T

François Legault présente son cabinet pour la prochaine session parlementaire

CAQ - Abitibi-Témiscamingue

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Aucun des députés caquistes élus lors de la dernière élection en Abitibi-Témiscamingue n’a trouvé de siège au sein du conseil des ministres, annoncé le 20 octobre 2022 par François Legault. De gauche à droite, Suzanne Blais (A-O), Pierre Dufour (A-E) et Daniel Bernard (RN-T).

L’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec se retrouvent sans représentation au sein du conseil des ministres, dévoilé jeudi après-midi par François Legault 

Aucun des quatre députés caquistes de la région et d’Ungava n’a trouvé de siège au conseil des ministres. La région de l’Abitibi-Témiscamingue se retrouve ainsi sans ministre régional.

Le député réélu dans Abitibi-Est, Pierre Dufour, n’a pas été reconduit dans ses fonctions de ministre au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, alors que les députés Daniel Bernard (Rouyn-Noranda-Témiscamingue), Suzanne Blais (Abitibi-Ouest) et Denis Lamothe (Ungava) ont également été écartés.

Le poste de ministre régional de l'Abitibi-Témiscamingue a été attribué au député Mathieu Lacombe de l’Outaouais (Papineau), qui se retrouve également à la tête du ministère de la Culture.  

Déception dans la région 

Les Chambres de commerce de l’Abitibi-Témiscamingue sont renversées par la décision de François Legault d’exclure les députés de la région du conseil des ministres.

« Les Témiscabitibiens ne sont pas de citoyens de seconde zone. Nous avons des enjeux majeurs qui méritent clairement une présence au conseil des ministres et demandons à être représentés par un député choisi par la population. Quel message envoyons-nous aux électeurs? », a lancé le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda, David Lecours.

« L'Abitibi-Témiscamingue est un pilier majeur dans la production des ressources naturelles. En ce sens, il est décevant de voir la région exclue du conseil des ministres et donc du centre des décisions », a pour sa part déclarée la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abitibi-Ouest, Émilie Alain.

Le président de la Conférence des Préfets de l’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien D’Astous, parle d’une gifle en plein visage pour la région. « C’est un manque de considération totale. Nous avions 3 députés d’expérience qui auraient pu faire partie de ce conseil afin que nous ayons une voix à Québec », a-t-il laissé entendre. 

De son côté, l’ex-députée QS dans Rouyn-Noranda/Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, a tenu ces propos par le biais de son compte Twitter : « L’Abitibi-Témiscamingue, avec 3 député.e.s au pouvoir, passe sous tutelle. C’est un scandale. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média