Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

02 novembre 2022

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

L’UQAT bonifie son offre de cours

Baccalauréat en gouvernance territoriale autochtone

UQAT

©Photo Le Citoyen - Hugo Saez

Le Baccalauréat en gouvernance territoriale autochtone sera offert à l’UQAT dès l’automne 2023

L’UQAT annonce la création de son Baccalauréat en gouvernance territoriale autochtone pour l’automne 2023 

Ce nouveau baccalauréat se distingue par une formule particulière, qui permet aux étudiantes et étudiants de se spécialiser sur les questions de gouvernance et de gestion territoriale en contexte autochtone.

« Ce premier baccalauréat offert à l’École d’études autochtones permettra aux étudiantes et étudiants de se démarquer par l’acquisition d’une expertise en études autochtones en suivant un parcours adapté à leurs besoins et en ayant accès à un encadrement personnalisé. Nous sommes fiers de lancer cette offre unique au Québec », a commenté le professeur et directeur de module par intérim à l’École d’études autochtones de l’UQAT Sébastien Brodeur-Girard, par voie de communiqué.

Au cours de leur formation, les étudiants auront accès à des enseignantes et enseignants disponibles et reconnus pour leur expertise, en plus de bénéficier d’un accès particulier aux acteurs autochtones qui partageront leurs expériences et leurs savoirs.

Il s’agit principalement d’une accumulation de crédits universitaires, issue des multiples cours déjà offerts au niveau des certificats et microprogrammes.

« Ce programme mènera les étudiants et les étudiantes à mieux connaître les enjeux autochtones contemporains, ainsi qu’à acquérir des outils et un savoir-faire pour jouer un rôle actif dans le développement harmonieux et durable des territoires », conclut Hugo Asselin, professeur et directeur de l’École d’études autochtones de l’UQAT. 

Commentaires

2 novembre 2022

Joël Pichette

Est-ce que ça fait colonialiste ce genre de métier ? Pourquoi pas former des docteurs en médecine et des dentistes, des psychologues et des pharmaciens en Abitibi-Témiscamingue ?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média