Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

28 novembre 2022

Chloe Pronovost - cpronovost@medialo.ca

Fast fashion : mauvais pour la santé de notre planète

Conférence sur le gaspillage vestimentaire

Gaspillage vestimentaire

©Gracieuseté – Friperie Quatre-vingt-dix - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Marina Fontaine, pionnière dans le domaine du seconde main en Abitibi-Témiscamingue offrira une conférence sur le gaspillage vestimentaire.

Le mercredi 30 novembre prochain, Marina Fontaine, propriétaire de la friperie Quatre-vingt-dix, offrira à la communauté collégiale et à la population de Rouyn-Noranda une conférence sur le gaspillage vestimentaire. 

Organisée par le comité institutionnel, d’action et de concertation pour l’environnement (CIACE) du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, la conférence a pour objectif de sensibiliser tout un chacun sur les effets néfastes de l’industrie du textile. Dans le top 3 des industries les plus polluantes année après année, l’exploitation du textile utilise beaucoup de pétrole lors de la production de vêtements et remplit par la suite les sites d’enfouissement à la vitesse grand V.

Le consommateur se doit alors d’être davantage informé afin de faire des choix éclairés en ce qui concerne la mode. « Le consommateur a son mot à dire. Il est au centre du problème, car sa consommation de vêtements et d’accessoires à un impact tangible sur la problématique », mentionne Antoine Roy, coordonnateur du CIACE. C’est pourquoi madame Fontaine, pionnière et experte dans le domaine du seconde main en Abitibi-Témiscamingue, sera présente au local 4136 du campus de Rouyn-Noranda. Elle présentera des morceaux de vêtements de qualité que les gens auront la chance de toucher. « C’est important d’être outillé, afin de faire des choix éclairés lors de son magasinage. Par exemple, H&M et Zara, ce sont des entreprises qui se renouvellent rapidement et qui utilisent des matières de mauvaises qualités », précise monsieur Roy.

Selon le coordonnateur de l’activité, par l’éducation, il est possible de mettre de l’avant ce qui se passe et étendre les savoirs à son prochain, dans le but de lutter contre cette problématique. La conférence sera aussi disponible en visioconférence dans les campus d’Amos et de Val-d’Or.

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site Web du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue sur la page de l’évènement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média