Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

09 décembre 2022

Audrey-Anne Gauthier - aagauthier@lexismedia.ca

De la relève pour l’équipe de Rabaska

Formation de trois nouveaux coordonnateurs régionaux

Relève Rabaska

©Gracieuseté Rabaska - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

De gauche à droite : Capitaine François Côté (SQ), Stéphanie Coutu (Maison l’Équinoxe), Anne-Renée Jacob (Rabaska), Nancy Bouchard et Stéphanie Caron (CAVAC-AT), Lieutenant Gabriel Bélanger (SQ). À l’avant : Cathy Allen (Maison Alternative pour elles), Chantal Lessard (SATAS)

Rabaska, la cellule d’intervention rapide pour prévenir les homicides conjugaux ou intrafamiliaux en A-T s’est dotée de 3 nouveaux coordonnateurs régionaux qui offriront du soutien aux intervenants déjà en place. 

En 2021-2022, Rabaska a reçu 23 demandes de soutien d’appréciation des risques d’homicide conjugal ou intrafamilial. Des plans d’intervention concertés avec différents organismes ont été élaborés pour 5 cas précis. 7 autres cas ont obligé l’équipe de Rabaska à déclencher des cellules de crise. Ces interventions auront permis à 59 intervenants provenant de 16 organisations de se concerter face à ces demandes de soutien.

La directrice de Rabaska, Anne-Renée Jacob, explique que « ces concertations auront permis de mettre en place des filets de sécurité autour de 67 personnes visées directement par un risque d’homicide conjugal ou intrafamilial (incluant l’agresseur), dont 19 enfants. »

Les trois nouveaux coordonnateurs pourront chapeauter les équipes en place afin de répondre rapidement et adéquatement au soutien des intervenants et ultimement, sauver des vies.  

Statistiques régionales des interventions 

Selon les statistiques régionales recueillies en 2021-2022 dans le cadre des interventions de Rabaska, 91% des auteurs de violence étaient des hommes et 33% d’entre eux avaient verbalisé des intentions suicidaires ou avaient déjà fait une tentative de suicide par le passé. Dans 83% des cas, il s’agissait de couples séparés. 67% d’entre eux avaient des enfants.  

Rabaska est formé d’une équipe interdisciplinaire qui utilise un modèle de gestion des risques, dont les cellules de crise, pour intervenir rapidement lors de situations à haut risque d’homicide (suivi ou non d’un suicide). 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média