Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

14 décembre 2022

Hugo Saez - hsaez@medialo.ca

Axel Dufresne, rien ne le freine

Beaucoup de rap dans sa playlist

Axel Dufresne LHJMQ Huskies

©Photo Le Citoyen - Hugo Saez

Axel Dufresne a notamment révélé qu’il écoutait les sons du rappeur américain Travis Scott.

Comme plusieurs de ses coéquipiers, Axel Dufresne vit sa toute première saison en LHJMQ. Une arrivée dans une autre dimension en grande pompe pour le défenseur de 17 ans, qui mêle fougue, maturité et déjà une forme d’expérience sur les patins malgré son jeune âge.

Axel Dufresne est passé de Viking à Huskies pour son entrée dans la LHJMQ, mais il n’a pas perdu son âme de combattant pour autant. Du haut de ses 5’11’’ et fort de ses 170 livres, le natif de Montréal n’est pas celui qui a le gabarit le plus impressionnant sur papier. Néanmoins, les attaquants de la ligue qui ont fait la douloureuse expérience de croiser son chemin ne diront pas le contraire : il vaut mieux éviter de se frotter à lui, sous peine d’être envoyé au sol. Capable de jouer avec Dyllan Gill dans l’arrière garde, Axel Dufresne s’est parfaitement intégré à l’équipe. Une intégration réussie à la fois sur la patinoire et en dehors, comme il l’évoque au travers de cette entrevue. 

Quel est ton domaine d’études et comment arrives-tu à jongler entre ta carrière d’hockeyeur et ton cursus scolaire ? 

En ce moment, je fais un Tremplin DEC au Cégep pour ensuite aller en sciences humaines avec des mathématiques. Ce qui fait que pour le moment je ne fais pas mes cours de base, mais c’est quand même le fun. On n’a pas beaucoup de cours avec le hockey, mais j’aime le programme. J’arrive à mélanger les deux ensembles, pour le moment je n’ai pas de problèmes. Il y a des moments où ça va être plus difficile, mais là j’arrive à bien suivre. 

Quel est ton but dans la vie ? 

Évidemment que j’aimerais jouer au hockey plus tard, mais sinon je voudrais arriver à l’école, aller à l’université et possiblement soit continuer à jouer au hockey universitaire ou quelque chose comme ça. 

Quel est le meilleur conseil que tu aies pu recevoir ou que tu pourrais donner à quelqu’un pour le futur ? 

Ça va peut-être être très simple, mais simplement de ne pas abandonner. C’est peut-être très typique, mais je trouve que c’est un bon conseil. Tu peux arriver à tout faire si tu as des buts puis si tu te donnes les moyens d’y arriver. 

Si tu n’es pas sur une patinoire de hockey, qu’est-ce que tu fais pendant ton temps libre ? 

C’est sûr que l’hiver c’est plus difficile, mais sinon j’aime bien jouer au golf. Par exemple, l’été j’essaye d’y jouer un peu avec mes amis. Sinon l’hiver, j’aime bien faire du ski comme loisir même si là c’est sûr que présentement je n’ai pas mes choses de ski. 

Tu as inscrit ton premier but en LHJMQ le 23 octobre dernier, contre les Islanders de Charlottetown. Qu’est-ce que cela représente pour toi ? 

C’est le début, c’était vraiment l’fun mais j’espère pouvoir bâtir là-dessus puis continuer dans les prochaines années à tout le temps donner plus. 

Quel est le plat qu’il ne faut pas te servir à manger ? 

Les spaghettis. Je n’aime pas la sauce tomate. Je me le fais toujours dire, tout le monde a toujours des réactions par rapport à ça mais je n’aime pas les spaghettis. Quand ils sont à la crème ça passe, mais quand ils sont à la sauce tomate, ça ne passe pas. 

Comment se sont déroulés tes premiers pas à Rouyn-Noranda ? 

Ça s’est bien passé. C’est une petite ville et c’est sûr que c’est le fun ici. Souvent les gens nous connaissent, on se promène avec nos manteaux et ils savent qu’on joue pour les Huskies. C’est une petite communauté, le monde est proche et je trouve ça bien. Je me suis bien intégré ici. 

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu aimerais accomplir au moins une fois dans ta vie ? 

J’aimerais sauter en parachute. Je me suis toujours dit que j’aimerais faire ça, je ne sais pas pourquoi. J’aime les sensations fortes. Mais peut-être quelque chose de plus grand, c’est sûr que j’aimerais gagner une coupe au hockey. Ce serait quelque chose de très spécial.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média