Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 janvier 2023

Audrey-Anne Gauthier - aagauthier@lexismedia.ca

Trois nouvelles expositions à Amos

Une programmation colorée pour bien amorcer 2023

Exposition Christine LeBlanc

©Jean-Michael Seminaro - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Série de portraits de l’exposition de Christine LeBlanc

Le Centre d’exposition d’Amos débute sa programmation annuelle dès le 20 janvier avec les vernissages d’Ariane Ouellet, Christine LeBlanc et Guylaine Magny.  

Les amateurs d’art auront le plaisir d’assister à trois vernissages le vendredi 20 janvier à 17h. Les femmes sont à l’honneur et de belles rencontres sont à prévoir. 

La lumière autour  

Jusqu’au 12 mars, Ariane Ouellet dévoile sa nouvelle exposition « La lumière autour ». L’artiste originaire d’Amos vit et travaille à Rouyn-Noranda. Sa toute nouvelle exposition repose sur une série de tableaux contemplatifs. On peut observer sur ses toiles, la lumière changeante comme la météo et la lumière silencieuse comme le temps qui passe. Le repli forcé par la pandémie nous aura permis de ralentir, d’observer, de ressentir et de nous interroger sur notre mode de vie. Ces tableaux auront été inspirés par ce mode de vie obligé à travers des réflexions sur le sens des choses et de la vie, mais également de la nature des liens qui unissent les humains.

« Du plus loin que je me souvienne, la fin me fait peur. Les dernières fois m’attristent. J’ai comme une conscience aigüe de l’éphémère. C’est probablement ce besoin de pérennité qui m’a poussée, jadis, à la photographie documentaire, ce désir de s’ancrer dans le temps, de marquer un passage », exprime Ariane Ouellet. C’est ce même besoin qui la propulse aujourd’hui à mettre en lumière ce temps qui passe à travers ses tableaux. 

Le dessin performatif comme lieu de rencontre 

L’artiste montréalaise Christine LeBlanc joue de la caricature et du grotesque pour capter l’authenticité dans la rencontre à l’autre. Une palette de couleurs vibrante et parfois dérangeante est utilisée pour la création de ses tableaux et cohabite avec des visages déformés provoquant rires et malaises. À l’aide de stratégie comme le dessin à l’aveugle, le détournement du selfie ou bien le dessin performatif, elle fait le récit des échanges avec les autres. Elle en profite également pour effectuer une réécriture de l’Histoire de l’art dans la posture et le regard de la femme-artiste. De plus, une partie de l’exposition sera évolutive selon la participation des visiteurs qui pourront expérimenter l’Égomaton. 

Entre l’encre et la lumière 

C’est Guylaine Magny originaire d’Amos qui sera la troisième artiste à exposer en janvier avec sa toute première exposition individuelle. Elle propose alors des œuvres où interagissent la lumière, les matériaux translucides et la couleur. Sa démarche qui s’articule autour des éléments naturels sur le territoire comme l’eau, le vent et le feu et de leurs traces laissées sur les végétaux et les minéraux. L’artiste est fascinée par la discrète vie entomologique qui crée une calligraphie surprenante sous les écorces, à travers les systèmes racinaires ou encore par la découverte de formes végétales inusitées. Son approche géopoétique, néologisme qui désigne l’art directement inspiré du rapport entre l’humain, son territoire et sa géographie se traduit dans un langage visuel alliant dessin et peinture.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média