Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

23 janvier 2023

Ian-Thomas Bélanger - itbelanger@lexismedia.ca

Trop de claims miniers pour le territoire

Coalition Québec Meilleure Mine lance la campagne « Mine pas notre esker » afin de protéger les ressources hydriques en lien avec l’expansion des claims miniers

Tourbiere_Cikwanikaci

©Roger Larivière

La Coalition Québec Meilleure Mine soutient que trop de claims miniers se situent à proximité d’aires protégées, ce qui pourrait menacer l’écologie locale advenant la création d’une mine.

La Coalition Québec Meilleure Mine (QMM) s’inquiète de l’augmentation de 46% du nombre de claims miniers en 2 ans sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue. 

L’organisme se dit préoccupé par le fait que le nombre de claims miniers augmente 13 fois plus rapidement que le nombre de nouvelles aires protégées, ce qui pourrait menacer certaines ressources comme l’eau potable.

QMM soutient que le nombre d’hectares assujettis aux claims miniers est passé de 1 450 000 à 2 120 000, de novembre 2020 à décembre 2022.

« Parmi les 43 000 titres miniers actifs dans la région, des milliers sont collés sur des aires protégées dont les zones tampons et la connectivité sont aujourd’hui menacées. C’est le cas du parc national d'Aiguebelle et de nombreuses réserves de biodiversité, comme celles des Caribous-de-Val-d'Or, des Lacs-Vaudray-et-Joannès, de la Moraine-d'Harricana, d’Opasatica, de Kakinwawigak, et celle projetée des marais du lac Parent. Des dizaines de titres miniers se retrouvent carrément à l’intérieur de milieux naturels valorisés, comme celui de la Réserve faunique La Vérendrye », révèle un extrait du communiqué de presse envoyé par l’organisme.

La Coalition mentionne également que la présence de claims miniers favorise l’exécution de forages, qui peuvent se faire sans évaluation environnementale ni consultations publiques.

« Il y a 43 000 claims miniers en Abitibi-Témiscamingue. Ce serait quoi d’en retirer quelques-uns qui se situent proche d’une aire protégée afin qu’il soit possible de l’agrandir ? Il faut aussi penser à ce que nous allons laisser aux générations futures en ce qui a trait à l’environnement », a déclaré le co-porte-parole de Québec Meilleure Mine, Rodrigue Turgeon. 

Québec Meilleure Mine

©E.C.B

Photo démontrant les dommages causés à l’environnement lors de l’exploration à l’intérieur de claims miniers.

Lancement de la campagne « Mine pas notre esker » 

Une dizaine de municipalités des MRC d’Abitibi, Abitibi-Ouest et du Témiscamingue ont par ailleurs emboîtées le pas en votant des résolutions visant à protéger les ressources naturelles du territoire vis-à-vis la recherche de nouveaux gisements.

« Le fait que le message est porté par les municipalités démontre que la population est plus que jamais interpellée dans ce dossier. Il faut que cesse la préséance des mines en ce qui concerne le développement du territoire. Ce n'est pas d’être systématiquement contre les projets de développements miniers, mais bien de mettre l’environnement au même pied d’égalité que les besoins de l’industrie minière quand vient le temps de parler de développement et protection du territoire », a ajouté Rodrigue Turgeon.

Plusieurs municipalités du Québec demandent maintenant au gouvernement provincial de modifier certaines lois, qui donne un avantage disproportionnel aux compagnies minières quand vient le temps d’avoir accès aux ressources du territoire conclut le co-porte-parole de la Coalition Québec Meilleure Mine. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média