Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

10 mars 2023

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une entrée en scène fumante de Mathis Lussier donne deux points aux Foreurs

Mathis Lussier - Foreurs Val-d'Or

©gracieuseté - Kassandra Blais

À son premier match à vie dans la LHJMQ, le gardien Mathis Lussier a réalisé 48 arrêts sur 49 tirs face au Drakkar de Baie-Comeau.

HOCKEY JUNIOR - Privés de ses deux gardiens réguliers, les Foreurs de Val-d’Or ont sorti un as de leur manche pour soutirer deux précieux points à Baie-Comeau. Tantôt fumant, tantôt chanceux, le gardien Mathis Lussier se souviendra longtemps de son baptême dans la LHJMQ, lui qui a réalisé 48 arrêts dans un gain de 5 à 1 de sa formation sur le Drakkar.

Signé d’urgence à la suite de l’état de santé encore fragile de Mathys Fernandez, Lussier en était à ses premiers pas dans le circuit Cecchini, lui qui évolue avec l’Inouk du Cégep de Granby (Junior AAA).

Testé rapidement en début de rencontre, le natif de Saint-Hyacinthe avait déjà arrêté 18 rondelles dans les 20 premières minutes de jeu. Heureuse victime du manque d’opportunisme du Drakkar à certains moments, la verte recrue a eu son mot à dire durant quelques séquences, notamment sur un arrêt spectaculaire de la jambière pendant une descente à deux contre un du Drakkar.

«Mathis est arrivé à Val-d’Or, tard mercredi soir, avant d’embarquer dans l’autobus le lendemain matin. Il a juste eu le temps de faire un entraînement matinal de 30 minutes, ce matin. De le voir nous donner une chance de gagner et d’aller chercher deux points, c’est une sacrée entrée en scène», raconte Maxime Desruisseaux.

Un fervent croyant de la justice dans un match de hockey, ce dernier pense que les 49 tirs concédés par son équipe ne sont pas le résultat d’une mauvaise structure. Peu importe le résultat dans ce volet, les Valdoriens ont trouvé le moyen de se redonner une priorité de deux points sur les Sea Dogs de Saint-Jean. Ces derniers ont soutiré un point de classement à la suite d’une défaite en prolongation, à Moncton.

«On a raté beaucoup de passes, car on ne prenait pas notre temps. Notre exécution aurait pu être meilleure et on aurait pu prendre plus notre temps pour faire une belle passe sur la palette. C’est niaiseux, mais on passait du temps dans notre zone, car on n’était pas assez efficace avec la rondelle», analyse-t-il.

L’espoir des Foreurs, Xavier Sareault, occupait la fonction de réserviste pour ce duel. Quant à Mathys Fernandez, il n’a pas accompagné ses coéquipiers sur la Côte-Nord et au Saguenay – Lac-Saint-Jean, toujours incommodé par une maladie. L’équipe procèdera d’ailleurs à une mise à jour médicale chez ses gardiens, après le match de dimanche après-midi, contre les Saguenéens de Chicoutimi.

Donner de l’oxygène

On ignore si Mathis Lussier est un fervent admirateur de la chanteuse Diane Dufresne, mais disons que malgré ses prouesses devant sa cage, il souhaitait certainement qu’on lui donne de l’oxygène dans ce match.

Le défenseur Nathan Bolduc (5) a compris le message en fin de première période. À la suite d’une mise en jeu remportée par Frédéric Potvin, celui-ci a décoché un tir vif sur réception pour déjouer Olivier Ciarlo.

Félix Gagnon (17) a assuré la réplique pour les Nord-Côtiers au commencement de l’engagement médian, mais Louis Robin s’est chargé de redonner l’avance aux siens, avec son 15e de l’année. Bombardés par la Drakkar dans les premières minutes du troisième vingt, les visiteurs ont plié, mais n’ont pas cassé.

Tenace dans son repli défensif, Thomas Larouche (15) a été récompensé en faisant 3 à 1 pour les Foreurs. Un but qui a jeté une douche froide dans le clan baie-comois, qui a vu Alexandre Guy (15e, filet désert) et Matis Ouellet (5) mettre le match hors de portée. De retour au Centre Henry-Leonard pour la première fois depuis l’échange qui l’a envoyé aux Foreurs, Nathan Baril s’est fait plaisir avec deux mentions d’aide lors de la troisième période.

«L’échec-avant de Thomas [Larouche] sur son but était incroyable. Il n’a pas lâché le défenseur, il a réussi à lever son bâton, il est tombé sur le dos et il s’est relevé avant d’aller marquer», décortique Maxime Desruisseaux.

Les deux belligérants seront de retour sur la glace, demain après-midi, toujours à Baie-Comeau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média