Carrières Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Infolettre

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Découvrez votre région

Retour

14 juillet 2023

Lucie Charest - lcharest@medialo.ca

Des suggestions d’assemblages bières charcuteries

Bernard Flebus s’est prêté au jeu

Bernard Flebus

©Gracieuseté - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Selon Bernard Flebus, c’est souvent autour d’une table que les décisions d’affaires se concluent. Car une bonne bouffe contribue à créer un climat d’abandon et de complicité. Une dégustation bières et saucisson, faute d’être le moment de conclure des bonnes affaires, demeurera toutefois l’occasion d’échanges festifs.

L’été, cette belle occasion de se réunir, de se délecter et d’échanger autour de petits plats et de rafraîchissements. Pour le plaisir des papilles, mais aussi pour le plaisir de découvrir les subtilités des saveurs, des arômes, Bernard Flebus partage et explique ses propres choix.

Bernard Flebus, copropriétaire de la charcuterie Extrem’ Boréal, est une figure, plus souvent qu’autrement, associée aux produits régionaux, à la gastronomie. En plus d’avoir fait partie des initiateurs de la Foire gourmande, on le voit dans des événements dont tout récemment à la Tablée des chefs où la brigade de l’école Marcel-Raymond qu’il a entraînée est montée sur la plus haute marche du podium. 

«J’ai été là-dedans, a-t-il relaté. Quand j’étais petit, ma mère allait chaque jeudi faire la comptabilité chez son père qui était boucher pour des charcutiers. Quand on avait congé, on l’accompagnait, il y avait 20 charcuteries où on se promenait, on goûtait. Mon grand-père paternel avait un restaurant, Le Père Flebus. On était toujours dans les chaudrons. Ma vie est une succession de parfums de bouffe, de bruits de casseroles, de portes de frigo qui claquent.» 

Trois propositions 

Pour l’exercice, Bernard Flebus a sélectionné des saucissons de sa création qui se marient bien avec trois types de bières distincts de Barbe Broue, une microbrasserie témiscamienne située à Nédélec. Voici comment il explique ces associations. «Les charcuteries et les bières, ce sont deux produits à la base qui ont subi une fermentation, a-t-il noté. C’est un peu la magie pour l’un de bactéries, pour l’autre de levures. Les dégradations chimiques obtenues ont beaucoup de similitudes dans les arômes.»  

Tout d’abord, un stout, soit une bière brune dont l’orge est maltée très fort avec des arômes caramélisés, torréfiés, café, chocolat qui se marie avec le saucisson La Fromagère qui a un goût fumé, les saveurs intenses des deux forment un excellent mariage. 

Poursuivons avec une IPA (Indian Pale Ale), telle la Quichotte dont la teneur en alcool et l’amertume sont plus élevées. Blondes ou rousses, celles-ci avec des accents d’agrumes, dont la saveur s’associe bien avec le saucisson La Porcinette qui contient de l’anis et du paprika fumé. 

Enfin, une lager blonde telle la Frère Moffet va très bien avec le saucisson Ail et vin rouge. Les deux ont un goût léger, subtil qui se prête très bien à l’ouverture d’une dégustation. Elle serait par la suite suivie d‘un stout et de la IPA pour finir. 

«Je vous propose ces mariages, mais c’est mon goût à moi. Je ne détiens pas la vérité. Faites vos propres agencements, vos propres découvertes», a conclu Bernard Flebus.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média