Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

13 décembre 2023

Chloe Pronovost - cpronovost@medialo.ca

Mishka Caldwell-Pichette : une COP28 plus grande que nature

Environnement

mishka

©Gracieuseté - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Mishka Caldwell-Pichette reconnait sa chance d’avoir pu participer à cet évènement d’envergure international tout juste âgée de 19 ans.

Il s’agit d’une expérience que la jeune militante décrit comme incroyable, mobilisatrice et enrichissante. 

En décembre dernier, Mishka prenait part à sa toute première COP15 à Montréal. Cette année, elle s’est envolée vers Dubaï pour la COP28 qui portait sur les changements climatiques. La citoyenne impliquée a pris part à l’évènement avec la délégation jeunesse de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI).

« On était là pour voir comment ça se déroule une COP, faire des apprentissages et rencontrer des gens. On était aussi là pour pousser plusieurs revendications et porter la voix des gens que l’on entend moins, on pense souvent aux jeunes, aux femmes, les gens des pays du sud, etc. On a rencontré des élus, on a eu la chance de discuter de comment on peut amener nos priorités plus loin. On a talonné nos élus pour espérer voir rapidement du changement », explique Mishka qui a célébré son 19e anniversaire dans la première ville des Émirats arabes unis.  

La place des femmes 

La place des femmes dans les débats d’actualités comme la COP28 est primordiale aux yeux de Mishka. C’est donc avec grand bonheur et honneur qu’elle a partagé son expérience au sein de la délégation jeunesse avec quatre autres femmes inspirantes et engagées.

« Je trouve que dans ces évènements-là, c’est beaucoup oui la pratique et les connaissances, mais ce sont surtout les humains et les gens que tu y rencontres. Les rencontres que j’ai faites c’est vraiment non négligeable dans l’expérience et dans ce que je vais pouvoir faire par la suite. On était 5 jeunes femmes donc c’est vraiment une bonne opportunité de se faire entendre pour pousser nos revendications », mentionne Mishka qui se dit privilégiée d’avoir pu participer à cet évènement.   

Fonds des pertes et préjudices 

L’un des sujets qui a retenu l’attention de Mishka est sans aucun doute le fonds des pertes et préjudices. Ce fonds a été créé à l’issue de la 27e Conférence des Parties (COP27) à Charm el-Cheikh en Égypte en novembre 2022.

« Le fonds des pertes et préjudices a été mis en place pour aider les pays du Sud qui sont plus vulnérables aux effets des changements climatiques sans nécessairement avoir contribué à la crise. Il a été adopté, mais là on essaie de voir comment il va être opérationnalisé, quels pays vont contribuer et à quelle hauteur. Ça, c’est vraiment un gros morceau que je voulais aider à pousser. Ç’a été un peu adopté avant même que l’on arrive, donc c’est une bonne nouvelle, mais il reste certainement du travail à faire », précise Mishka, qui revient à Rouyn-Noranda, inspirée.  

Combustibles fossiles 

Le deuxième sujet qui était au cœur des sujets chauds de la COP28 est sans aucun doute la transition hors des combustibles fossiles. Mishka souhaite évidemment une sortie complète de cette source d’énergie de notre quotidien.

« Reste à voir comment ça va se mettre en place et à quel niveau. On voit que les choses avancent, peut-être pas assez vite, c’est encore difficile à accepter que ce soit ça la solution. Je pense qu’il y a une volonté de plusieurs pays et organisations pour vraiment qu’il y ait un changement drastique pour régler cette crise-là. Sans être pessimiste, j’essaie de faire le tri dans ma tête en me disant qu’il y a beaucoup de gens qui travaillent fort pour faire entendre la voix par rapport à la crise climatique et que l’on doit faire sortir les énergies fossiles », rapporte Mishka.

Au moment de discuter avec la jeune femme, la COP28 se déroulait toujours à Dubaï en prolongation, afin de statuer sur des décisions importantes telles que l’avenir des combustibles fossiles par exemple.  

COP28

©Gracieuseté - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Mishka Caldwell-Pichette en compagnie de la délégation de l’AQOCI.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média