Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Persévérance scolaire

Retour

12 février 2024

Chloe Pronovost - cpronovost@medialo.ca

Louise Beaupré : d’étudiante persévérante à enseignante inspirante

persévérance scolaire val d'or

©Gracieuseté - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Louise Beaupré se souvient qu’elle a toujours rêvé, dès son plus jeune âge, d’exercer le métier d’enseignante.

La Valdorienne est retournée sur les bancs d’école, alors qu’elle était mère monoparentale de deux jeunes filles. Grâce à ses efforts et sa confiance en soi, Louise Beaupré a pu réaliser son rêve de devenir enseignante.

Louise Beaupré est retournée sur les bancs d’école dans l’espoir d’améliorer sa qualité de vie en tant que mère monoparentale. Ce retour aux études à l’UQAT en enseignement primaire et préscolaire lui a demandé plusieurs sacrifices, notamment un déménagement avec ses deux enfants.

« Quand j’ai fait mon inscription, on m’a refusé, parce que je n’avais pas de diplôme collégial. J’étais déjà déménagée à Rouyn-Noranda, j’étais pas mal découragée. J’ai alors contesté mon refus d’admission et j’ai écrit mes motivations à devenir enseignante. 3 jours plus tard, on m’a admis à l’université avec la condition de n’avoir aucun échec pendant mon parcours. J’ai ensuite fait mon baccalauréat avec mes deux enfants à ma charge, alors que j’étais toute seule. Je suis convaincue que c’est la plus belle décision que j’ai prise dans ma vie », se remémore Mme Beaupré. Après une belle carrière où elle a inspiré, de nombreux jeunes qui ont croisé son parcours, Louise a pris, il y a deux ans, sa retraite de l’enseignement.  

Une étudiante persévérante 

C’est sa fille, Marie-Lou Beaupré, qui a soumis sa candidature au Journal Le Citoyen à titre d’exemple de persévérance scolaire.

« Dans ce moment-là de sa vie où tout allait plus vite que ce qu’elle était capable de gérer, elle était une mère monoparentale, elle est retournée à l’école et elle n’avait pas le droit à l’échec, elle a tout de même réussi à garder les yeux focalisés sur son objectif et, à long terme, de devenir l’une des meilleures enseignantes que Val-d’Or a connues. Je ne dis pas ça parce que c’est ma mère, je dis ça parce que j’ai entendu tellement de beaux commentaires à son égard. J’ai toujours été un peu fan de ma mère », raconte Marie-Lou qui était âgée d’environ 2 ans quand sa mère a décidé d’exécuter ce changement brutal dans leur quotidien. 

Louise raconte qu’elle a toujours cru qu’elle n’était pas assez brillante pour terminer des études postsecondaires. Il s’agit pour Louise de la meilleure décision qu’elle a pu prendre pour elle et sa famille, de croire en elle et de se faire confiance. « Je n’avais pas vraiment une vie qui me plaisait. Je viens d’une époque où quand nos parents n’avaient pas d’argent, on ne pouvait pas aller à l’université. C’est mon amie qui m’a convaincu d’y aller et aujourd’hui j’en suis très fière. Je n’ai laissé aucune difficulté m’éloigner de mon objectif de devenir enseignante », ajoute Louise.  

Une enseignante inspirante 

Pendant son parcours à titre d’enseignante, Louise a usé de sa propre expérience pour inculquer la persévérance aux élèves qui ont croisé sa route.

« Quand je revois mes élèves aujourd’hui, il y en a plusieurs qui sont devenus enseignant ou enseignante parce que je leur ai légué ma passion. J’ai parlé avec une de mes élèves qui est venue faire de la suppléance et elle me racontait qu’avec deux de ses amis, ils sont allés en enseignement et un de leurs travaux était de raconter leur meilleur souvenir à l’école. Sans se parler, les trois ont raconté la même chose, c’est-à-dire quand on faisait des maquettes pour parler du Moyen-Âge. Je pense que mon rôle ce n’était pas juste d’être prof, c’était d’éprouver du plaisir avec les enfants et de les encourager. Je leur disais toujours que quand on a de la difficulté c’est parce qu’on est en train d’apprendre. Si on n’a jamais de difficulté, c’est parce que ce sont des connaissances et des apprentissages qui sont déjà acquis. »

Louise Beaupré continue, encore aujourd’hui, d’aller à la rencontre des jeunes à l’école de Val-d’Or, notamment en aidant l’une de ses collègues qui est en retraite progressive. Louise Beaupré peut dire mission accomplie, d’avoir réalisé son rêve de jeune fille et d’avoir égayé le parcours scolaire de centaines de jeunes à Val-d’Or.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média