Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

13 février 2024

Chloe Pronovost - cpronovost@medialo.ca

Lancement rouynorandien pour la série documentaire Les racines du hip-hop au Québec

Les racines du hip hop au québec

©Gracieuseté - Jules Delorges - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

De gauche à droite : Imposs, Baby Blue, Wavy Wanda, Zach Zoya et Félix B. Desfossés.

« Je tenais à faire un lancement à Rouyn-Noranda, parce que c’est ici que l’on habite moi, Mélissa Major et Steve Jolin. Pour nous, c’est une réussite et une fierté régionale. » -Félix B. Desfossés

Passionnné de l’histoire de la musique au Québec, Félix B. Desfossés demeure en recherche constante des secrets les mieux gardés de l’évolution de la musique québécoise, et ce, peu importe le genre.

« Ça fait plusieurs années que je m’intéresse à plein de pans de notre histoire musicale au Québec qui a été mal racontée à mon sens et qui mérite plus de sérieux dans les recherches qu’on leur accorde. Ce sont des musiques très populaires, qui ont un public très large, mais dont les historiens ne se sont pas intéressés de manière sérieuse, du moins pas suffisamment pour pouvoir les raconter comme il faut. Moi c’est ça ma mission dans la vie : raconter ces histoires-là et apporter une validité à la musique que les gens écoutent », précise Félix B. Desfossés, journaliste spécialisé en musique et son histoire depuis le début des années 2000.

En 2020, en pleine pandémie, Félix a fait paraître un ouvrage intitulé Les racines du hip-hop au Québec. Aujourd’hui il peut voir avec fierté son œuvre porté au petit écran par le biais d’une série documentaire.

« J’ai fait un petit lancement de mon livre ici à Rouyn-Noranda et il y avait Steve Jolin des Disques 7ieme ciel et Mélissa Major de Major Productions qui étaient présent. Les deux sont venus me voir chacun de leur côté et ils m’ont dit faudrait faire une série documentaire avec ton livre. On s’est lancé comme ça là-dedans. Ce sont tellement deux professionnels chacun dans leur domaine que ça a super bien été. On a été vraiment choyés de pouvoir développer ça aussi rapidement. » 

Un lancement à Rouyn-Noranda 

C’est le 22 février prochain au Paramount de Rouyn-Noranda qu’aura lieu le lancement régional de cette série documentaire déjà disponible sur le site Web de Télé-Québec. Après un lancement réussi à Montréal, le 31 janvier dernier, il était d’une importance primordiale pour le créateur d’effectuer un lancement là où tout a commencé.

« Je tenais à faire un lancement à Rouyn-Noranda, parce que c’est ici que l’on habite moi, Mélissa Major et Steve Jolin. Pour nous, c’est une réussite et une fierté régionale. Ça nous permet aussi de mettre en lumière des talents de gens qui sont liés à la culture hip-hop ici à Rouyn-Noranda pour démontrer aussi que c’est quelque chose de positif. On veut inviter les gens qui rappent ou qui dansent à venir participer. Il va y avoir non seulement Brian Meyers, un rappeur d’ici, qui va venir présenter quelques chansons en exclusivité. Il va y avoir la gang du CopperCrib qui vont venir danser, faire de la démonstration de break dancing et plusieurs performances. Tout le monde, pas besoin d’être professionnels, est le bienvenu. Je sais qu’il va y avoir plusieurs surprises de rappeurs locaux qui vont venir faire des prestations. Pour moi l’idée c’est de rassembler tout le monde, partager la fierté et célébrer cet évènement-là », ajoute Félix B. Desfossés en rappelant que l’évènement est gratuit et ouvert à tous.  

Des rencontres marquantes 

Pour le tournage de la série documentaire, Félix B. Desfossés est allé à la rencontre d’artistes du hip-hop pour la majorité méconnus du grand public. Dans chaque épisode, les co-animateurs, le rappeur vétéran, Imposs, et Félix, se lancent à la recherche des pionniers et pionnières de cette culture en sol québécois.

« On accorde la paternité du hip-hop au Québec à des gens comme Lucien Francoeur ou RBO et je me disais me semble que ça n’a pas de sens, ces gens-là ne viennent pas de la culture hip-hop. En effectuant quelques recherches, je me suis rendu compte qu’effectivement il y avait toute une cohorte de centaines, voire de milliers de jeunes montréalais qui étaient déjà dans cette culture-là dans le début des années 80, même la fin des années 70. Ensuite, ç’a été de réaliser à quel point il y a beaucoup de femmes qui rappaient aux débuts des années 80 à Montréal. Justement, parmi les rencontres plus marquantes que j’ai eues, il y a les deux rappeuses Blondie B et Freaky D qui ont des histoires incroyables à raconter. On les rencontre d’ailleurs dans la série documentaire et ce sont deux histoires vraiment touchantes. »

La série documentaire Les racines du hip-hop au Québec est disponible pour écoute sur le site Web de Télé-Québec sous l’onglet Sur demande.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média