Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

10 décembre 2018

Le premier vrai Noël de bébé chou

Noël... À léguer ou pas à ses enfants?

©gracieuseté

(Par Magali Monderie-Larouche) - J’ai eu une drôle de révélation cette année: eh non, les enfants ne naissent pas en connaissant déjà le Père Noël. Ces histoires de magie des Fêtes, c’est nous et notre société qui leur imposons, qui leur apprenons.

Il y a toutes sortes de débats sur Noël. Est-ce si magique? Est-ce si féérique? Difficile de passer à côté de la surconsommation, des enfants trop gâtés et des histoires des Noëls ratés du passé. De mon côté, je dois l’avouer, des Noëls ratés, j’en ai vécus plusieurs. Des souvenirs féériques aussi, mais je n’aime pas trop creuser parce que, sans difficulté, je trouverais rapidement sous la couche bien mince de beauté, des chicanes de famille et des malheurs ordinaires du temps des Fêtes.

Donc, Noël… À léguer ou pas à son enfant? Est-ce que ce n’est pas créer des attentes qui seront, de toute façon, déçues, des rêves brisés et gâchés par des émotions refoulées et des réunions de famille qui sont, trop souvent, surestimées?

Ma fille est maintenant âgée d’un an et demi. Ce n’est pas son premier Noël, mais elle ne garde pas de souvenirs de l’an passé. En fait, je me suis rendu compte que, pour elle, les Fêtes, ça n’existe pas encore. Elle n’est pas fébrile, elle ne sait pas qu’elle veut des cadeaux et connaît pas l'excitation des partys et des vacances. Elle va juste à la garderie comme si demain n'existait pas et certainement pas Noël.

Publicité

Défiler pour continuer

Avant de créer pour elle un monde ou les Fêtes existent, je dois vraiment me demander pourquoi. Pourquoi doit-elle commencer à espérer et attendre le Père Noël? Pour les cadeaux? Elle en obtient tout le temps et les rêves de consommation vont la happer bien assez vite.

Pour les vacances? Ça me semble une meilleure réponse. J’ai très hâte de me réveiller avec pendant deux semaines complètes sans stress, avec comme seul but de passer du temps ensemble, sans crises du matin parce qu’il faut se dépêcher et qu’elle veut jouer. Quoique ce soit peut-être lui envoyer un triste message que les vacances, c’est si important. Il y en a peu dans une année et, bien que nécessaires, je veux lui montrer un modèle dans lequel il faut profiter de chaque journée dans le travail, l’école ou la garderie. Que la vie, c’est d’être heureux dans tout ce qu’on fait et pas juste attendre de brefs moments de liberté.

Alors, Noël? Pourquoi, malgré toutes ces réflexions mitigées et mes déceptions du passé, je suis encore tentée de te présenter à mon bébé chou encore épargnée?

Je crois que la réponse se trouve au fond de moi, parce que malgré tout, j’aime profondément ce sentiment de savoir que les Fêtes arrivent. J’aime le décor particulier, les chansons qu’on entend juste un mois par année et, surtout, les yeux brillants de tous les bébés qui croient à la magie. Quand j’étais petite c’est moi qui sortais le sapin en avance et qui écrivais la lettre au Père Noël de mon petit frère. C’est comme ça: j’ai toujours aimé Noël. J’aime les traditions. J’attends même Ciné-cadeau!

Je pense que la vraie réponse, c’est que même si le résultat n’est pas aussi magique ou parfait après tout, l’anticipation fait du bien. Sentir que quelque chose approche, avoir hâte, c’est un sentiment qui m’anime et que je veux transmettre à choucroute. Et finalement, apprendre que la perfection n’existe pas et qu’il faut prendre la vie telle qu’elle est, Noël et ses défauts, inclus est une leçon pertinente à donner.

Sur ce, je vous quitte pour aller acheter un calendrier de l'avent et je vous souhaite de joyeuses Fêtes, aussi imparfaites soient-elles!

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média