Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

01 février 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

L’hôpital de La Sarre en train de devenir un simple CLSC?

Citoyens et élus veulent conserver les acquis en soins de santé

Conseil La Sarre Yves Dubé

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Yves Dubé assure que le conseil est très préoccupé par le futur de l’hôpital de La Sarre et que les élus se battront pour conserver les acquis.

Les nombreux changements imposés par le CISSSAT portent certains citoyens à se questionner sur l’avenir de l’hôpital de La Sarre. Les élus les ont récemment assurés qu’ils partagent leurs préoccupations.

Lors du conseil municipal de janvier, un résident de La Sarre, Pierre Bourget, a demandé aux élus de prendre position au sujet des changements apportés à l’hôpital de La Sarre par le CISSSAT depuis les dernières années. 

«J’ai travaillé dans le domaine pendant 32 ans, et leurs histoires d’optimisation, transformations, fusions et réorganisations, je les ai toutes entendues, a-t-il lancé. En fin de compte, ça ressemble surtout à des compressions, à des coupures.» 

Il a rappelé que l’hôpital de La Sarre avait perdu plusieurs médecins spécialistes au cours des dernières années, soulignant au passage les nombreuses ruptures de services que l’hôpital avait connues. «On a raison de se demander si notre hôpital n’est pas en voie de devenir un simple CLSC», a-t-il souligné. 

M. Bourget a donc demandé au conseil de prendre position au sujet de l’appareil fixe d’imagerie par résonance magnétique (IRM) qui a été annoncé pour Amos, sur le plan de transformation annoncé par le CISSSAT et sur l’avenir de l’hôpital de La Sarre. 

La Ville s’inquiète également 

Le maire de La Sarre n’a pas hésité à répondre que les élus partagent ces préoccupations. «J’ai récemment rencontré le PDG du CISSSAT, Yves Desjardins, et je lui ai fait part de nos préoccupations, a assuré Yves Dubé. J’ai fait un parallèle avec le système d’éducation pour lui expliquer que si leur but, c’est de tout centraliser à Rouyn-Noranda et Val-d’Or, on est aussi bien de fermer l’Abitibi-Ouest et regrouper tout le monde dans ces deux villes. On est peut-être situés au bout de la ligne, mais on veut des services de proximité. On ne veut pas que notre hôpital ne devienne qu’un gros centre de services.» 

Le maire explique également que la proximité d’un hôpital favorise l’attraction de nouveaux citoyens et travailleurs, chose qui est déjà difficile pour la région. «Le discours que M. Desjardins tenait ne semblait pas aller dans le sens qu’il veuille transformer l’hôpital en CLSC, mais on sait également qu’on a dû faire des sorties publiques l’automne dernier pour dénoncer les coupures en santé mentale faites par le CISSSAT», a signalé M. Dubé. 

De nouvelles spécialités 

Il soutient qu’au lieu de couper, le CISSSAT devrait plutôt trouver certaines spécialités qui pourraient se retrouver à La Sarre et qui permettraient à l’hôpital d’aller chercher une plus grande clientèle. «On travaille fort pour non seulement garder nos acquis, mais également pour en acquérir de nouveaux», a affirmé Yves Dubé.

Commentaires

1 fvrier 2019

alain goulet

il aime bien mieux investir dans un registre d,armes a feu inutile que dans la santé mentale pour les gens en difficulté beau gouvernement de sans .........

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média